Honteux d'être vu avec un livre pour 17 % des adolescents

Clément Solym - 07.09.2012

Edition - International - lecture - jeunes - livres


Une récente étude de l'INPES réalisée en France montre que les adolescents - collégiens - s'ils sont en bonne santé, dorment moins. Et s'accrochent à leur vie numérique - ainsi, à 15 ans, 68 % de filles et 50 % des garçons utilisent tous les jours internet et téléphones portables. Au détriment des livres, fussent-ils numériques, bien entendu.

 

 

 

 

Outre-Manche, c'est une nouvelle étude qui démontre que pour un enfant sur cinq, être vu en possession d'un livre, et pire, en pleine lecture, ce n'est définitivement pas cool. Seuls 33,5 % des jeunes de 14 à 16 ans estiment que la lecture est encore une activité cool, confortant une autre étude, touchant les enfants de moins de 11 ans. Pour les enseignants, non seulement le temps consacré à lire se réduit comme peau de chagrin, mais surtout, internet retient leur attention à 94 %. (voir notre actualitté)

 

C'était mi-juin, et depuis, la tendance va croissante : chez les jeunes ados, on trouve à 17 % qu'il serait embarrassant d'être vu par ses amis en train de lire, rapporte la National LIteracy Trust. Livres, BD et même magazines n'ont plus la cote, alors que l'activité, souligne la NLT, reste essentielle dans le développement de ces futurs adultes. Un « changement préoccupant », ajoute-t-elle, invitant les parents à instaurer un régime de 10 minutes de lecture quotidiennes, au moins. Et au niveau national, faire en sorte que l'État organise une campagne en faveur du livre, de même que les Jeux olympiques ravivent le goût du sport.

 

« Nous demandons au gouvernement de soutenir une campagne visant à enrayer ce déclin et de donner aux jeunes le temps de lire dans leur journée. Nous avons besoin de donner envie à une nouvelle génération de lire, de la même manière que les Jeux olympiques donnent envie à une génération de faire du sport », explique la NLT. Et le réalisateur Jonathan Douglas d'ajouter : « Le fait que les enfants lisent moins qu'en 2005 est un tournant inquiétant dans les habitudes des jeunes. » 

 

Encourager, certes, si l'on n'est pas découragé

 

Les quelques 21.000 enfants qui ont été sollicités l'an passé pour cette enquête présentent les chiffres suivants : 

  • 3 sur 10 lisent tous les jours, contre 4 sur 10 en 2005
  • 54 % préfèrent regarder la télévision plutôt que lire
  • la moitié apprécie les lectures qu'elle a faites - 51 % en 2005
  • 22 % ne lisent jamais ou rarement sur le temps personnel
  • 57 % lisent des magazines, contre 77 % en 2005
  • les comics chutent de 64 % à 50 %
  • les sites Web perdent aussi de 54 % à 50 %
  • 47,8 % des lecteurs favorisent la fiction, contre 51,5 % en 2005
  • ceux qui lisent en dehors des heures de classe sont 13 fois plus susceptibles de lire des oeuvres au-dessus de leur âge

 

Au ministère de l'Éducation, un porte-parole analyse : « Les résultats de cette enquête ne sont pas étonnants et montrent que nous devons poursuivre nos efforts pour encourager les jeunes à développer leur goût pour la lecture. Dans un monde où il existe tant de distractions pour les jeunes esprits, la place de la littérature est plus importante que jamais. Les enfants ont besoin de maîtriser les bases de la lecture le plus tôt possible, à l'école primaire, afin de pouvoir partir à la découverte de livres puissants. »