Horaires, emploi, médiation... Les débats de la consultation sur les bibliothèques

Antoine Oury - 04.04.2018

Edition - Bibliothèques - consultation bibliothèques - bibliothèques transformation - consultation journée bibliothèques


Une nouvelle étape vient de se terminer dans le processus de transformation des bibliothèques publiques par le président de la République et son gouvernement. La consultation sur le sujet vient en effet de s'achever, ce 3 avril à minuit. En attendant le 10 avril, journée des bibliothèques, pour la suite des discussions, retour sur les propositions majeures de cette consultation.


Les bibliothécaires à Livre Paris
(photo d'illustration, ActuaLitté, CC BY SA 2.0)
  


Pour préparer la journée du 10 avril prochain à la Bibliothèque Publique d'Information, le gouvernement a mis en place en mars dernier une plateforme participative de consultation, pour nourrir les débats et faire remonter les idées du personnel sur le terrain. Trois axes étaient présentés par le ministère de la Culture : « Ouvrir plus les bibliothèques », « Ouvrir mieux les bibliothèques : quelles nouvelles missions ? » et « Comment transformer les bibliothèques ? ».

 

Quelques semaines plus tard, la consultation est terminée. On relève 298 contributions, 2944 votes et 293 participants pour l'axe « Ouvrir plus les bibliothèques », 245 contributions, 2371 votes et 236 participants pour « Ouvrir mieux les bibliothèques : quelles nouvelles missions ? » et 181 contributions, 1708 votes et 204 participants pour le dernier, « Comment transformer les bibliothèques ? ». Autrement dit, c'est bel et bien l'extension des horaires d'ouverture qui passionne le plus les participants.

 

Ouvrir plus les bibliothèques

 

En raison de sa formulation et de son impact attendu sur l'emploi et le quotidien des professionnels, c'est ainsi l'axe de l'extension des horaires d'ouverture qui a suscité le plus de réactions. La proposition la plus clivante, toutefois, n'est autre qu’« Automatiser l'emprunt et le retour de documents », mise en avant par le ministère de la Culture comme un moyen de dégager du temps pour les agents, notamment pour des actions de médiation.

 

Néanmoins, l'automatisation reste un sujet très polémique : comme dans tous les secteurs, elle fait craindre un remplacement de l'activité humaine, ou en tout cas une réduction des effectifs. Qui plus est, la maintenance et son coût restent prohibitifs selon des professionnels, tout comme l'émission d'ondes, même si les concepteurs de ces dispositifs assurent qu'elle est minime et inoffensive.

 

« Favoriser l'emploi étudiant » surgit en deuxième position : ici aussi, la proposition est perçue comme une menace pour l'emploi et un moyen de réaliser des économies au détriment de la qualité du service public. Dans les zones rurales, soulignent de nombreux participants, ils sont de toute façon absents. Pour d'autres, l'emploi d'étudiants est à valoriser, car il permettra une formation de base qu'il faudra ensuite approfondir.

 

L'aménagement de la bibliothèque proposé par le ministère pour ouvrir de nouveaux espaces d'accueil est bien sûr remarqué par nombre de participants (« J'en rêve », assure l'un d'entre elles), mais les moyens de les financer manquent, précisent-ils. Enfin, « Élargir les horaires d'ouverture des bibliothèques à l'échelle d'un territoire » pour s'assurer de l'ouverture d'un établissement 7 jours sur 7, proposition centrale du candidat Macron, concentre une partie de l'attention : si les professionnels sont largement favorables, tous soulignent la nécessité d'un budget revu à la hausse et de conditions de travail améliorées.

 

Parmi les propositions des professionnels, « Rendre la compétence culturelle obligatoire pour les intercommunalités » divise, car certains y voient une opportunité, pour l'administration, de réaliser des économies d'échelle, quand certaines intercommunalités sont tout simplement trop étendues, selon certains participants, pour mener une politique de lecture publique satisfaisante. « Améliorer les conditions salariales au niveau national » ne reçoit, pour sa part, aucun argument contre...

 

Ouvrir mieux les bibliothèques : quelles nouvelles missions ?

 

Cet axe est celui qui contient le plus de propositions, 32 au total. Les propositions les plus polémiques sont celles qui proposent aux bibliothécaires d'assurer des services publics normalement dévolus à d'autres professionnels, comme la garderie (89 arguments contre), l'aide aux démarches administratives (31 contre, 38 mitigés, mais 63 pour) ou la permanence des services publics et sociaux (24 contre, 18 mitigé, mais 66 pour).

 

Parmi les volontaires pour une telle transformation, on trouve l'argument qu'outre le service rendu à la population, les publics de la bibliothèque seraient plus diversifiés. Un individu ne mettant jamais les pieds dans un tel lieu pourrait s'y habituer. Pour les autres, de telles missions menaceraient la qualité des services premiers de la bibliothèque, ou encore alourdir l'emploi du temps des personnels.

 

L'ABF répond au rapport Orsenna avec
10 propositions pour les bibliothèques

 

Du côté des services bien accueillis, notons la médiation numérique (136 pour), le service d'autoformation (99 pour), l'espace de jeux vidéo (93 pour), l'auditorium pour des concerts ou des spectacles (88 pour). Le prêt de livres numériques figure aussi en bonne place, mais le système mis en place par l'édition et mis en avant par le ministère de la Culture, PNB, en prend largement pour son grade...

 

Du côté des propositions des participants, on note les jeux de société, la découverte des MOOCs, l'éducation aux médias ou encore des projections cinématographiques.

 

Comment transformer les bibliothèques ?

 

En tête de ce dernier axe, « Conforter le rôle des bibliothèques départementales », des établissements de taille significative qui peuvent apporter leur soutien à des bibliothèques de plus petite taille. Leur rôle est salué par les professionnels, dans l'ensemble, surtout dans les zones rurales. Le développement des Contrats Territoire Lecture rassemble les suffrages d'un certain nombre de professionnels, mais à condition d'une simplification de sa mise en place et de son fonctionnement.

 

Autres points soutenus par les participants, le renforcement de la formation initiale et de la formation continue des professionnels, qui faisait déjà l'objet de plusieurs remarques dans le rapport Orsenna. Le développement d'actions en direction des publics en situation de handicap ou empêchés récolte également de nombreux suffrages.

 

“Ce rapport est destiné à tout ceux qui vivent
dans et pour les bibliothèques”


Plus polémique, l'idée d' « intégrer les usagers et les associations au fonctionnement de la bibliothèque » voit des réactions contrastées : la plupart des professionnels considèrent le recours au bénévolat comme une menace pour les métiers et la qualité du service public. Par ailleurs, certains remarquent que, s'il permet à des bibliothèques en zones rurales de fonctionner, il est rarement porteur d'une médiation de qualité...

 

Au sein des propositions des participants, le renforcement des partenariats avec les institutions culturelles du territoire et la sensibilisation des élus à l'importance des bibliothèques, avec la mise en place d'objectifs précis et minimaux, ont reçu un franc succès auprès des votants.

 

Le ministère de la Culture diffusera sa synthèse le 9 avril prochain.
 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.