Hulot et Nyssen proposent d'écrire des nouvelles à leur gloire, gratos ?

Nicolas Gary - 09.07.2018

Edition - Société - concours nouvelles écologie - Hulot Nyssen concours - appel textes contrat


On sait le ministère de la Culture très occupé avec la réforme du statut des auteurs. Fort d’une situation encore à résoudre, la rue de Valois en profite tout de même pour lancer un concours d’écriture. Avec le concours du ministère de la Transition écologique et solidaire, voici que la rue de Valois propose de repenser la nature...


Jean-Paul Ganem, Variations, 2014
art_inthecity, CC BY 2.0
 

 

Un concours de nouvelles, c’est toujours folklorique et bon enfant : Nicolas Hulot et Françoise Nyssen lancent ainsi un appel à texte, où l’on demande de « repenser notre relation à la nature à l’heure de la sixième extinction ». Rien de moins. 

 

Dans le cadre du plan Biodiversité de Nicolas Hulot, les deux ministères souhaitent sensibiliser les Français à la question – et pour ce faire, de dépasser le strict cadre scientifique. Quoi de mieux que la littérature, dans ce cas ? 

 

Pour Nicolas Hulot, il s’agit d’une approche à même de « favoriser une prise de conscience intime et sensible de ce qui se joue dans la transition écologique et solidaire ». Et pourquoi pas, rêvons tout haut, de placer « la relation harmonieuse de l’homme et la nature au cœur des enjeux des années à venir ».

 

Quant à l’ancienne éditrice, Françoise Nyssen, elle évoque « un appel citoyen à exprimer par l’écriture et la création une vision renouvelée de la relation entre l’Homme et son environnement ». 

 

Les nouvelles, inspirées, seront à faire parvenir par mail avant le 15 août. Mais avant de se précipiter sur son stylo ou son clavier, un regard sur le règlement s’avérera des plus intéressants. Instructif, même...
 

Un contrat d'édition... oui, mais avec quoi dedans ?

 

Détaillant les différentes modalités (nombre de signe, anonymat, format du fichier, et conditions de participations), le règlement pose, en article 9, de fulgurantes et nombreuses questions. Ainsi, on apprend que les nouvelles sélectionnées « seront éditées dans un recueil qui sera gratuitement disponible sur internet ». La nouvelle lauréate sera primée et lue publiquement ce 5 octobre, à l’occasion d’un événement organisé par le ministère de Nicolas Hulot. Fort bien.

 

Mais, plus attrayant, les organisateurs « proposeront un contrat d’édition aux auteurs de nouvelles qui auront été sélectionnées ». Étant donné qu’à l’article 11, est indiqué que les participants « restent propriétaires de leur œuvre », que cette dernière ne sera pas utilisée « sans [l’] autorisation [de l’auteur] » et qu’un contrat d’édition « serait proposé à son auteur », pour son utilisation future... on fronce les sourcils.

 

Contacté par ActuaLitté, le ministère de la Culture n’a toujours pas répondu aux multiples interrogations que soulève ledit règlement. 

 

En premier lieu, sur quelle base juridique s’appuiera le fameux contrat d’édition ? Partenariat avec un éditeur ? Opéré par les services du ministère ? Rien n’est dit. De même, pas un mot sur le montant de la rémunération que percevrait l’auteur – une avance ? – dont le texte serait retenu. Et moins encore pour LA nouvelle lauréate. Diantre. Fichtre. Diable.

 

Mais si, vous aurez de la visibilité !!
 

Attendu que les textes seront gratuitement disponibles sur internet, on pourrait d’ailleurs exclure tout de suite l’idée d’un pourcentage sur les ventes. Seul un montant forfaitaire serait alors tolérable, pour autoriser l'exploitation de l'oeuvre. Rappelons qu'elle doit servir les intérêts de la communication des deux ministères, et plus encore de celui de Nicolas Hulot.

Un forfait, donc, à moins qu’une édition papier ne soit, elle, commercialisée – et dans ce cas, quid du contrat, une fois encore ? Stipulerait-il que la publication numérique est consentie à titre gracieux, et que les auteurs se récupéreront sur les ventes papier ? Silence radio – voire silence gêné.

 

Demande-t-on aux auteurs d’autoriser gratuitement l’exploitation de leurs textes, pour la plus grande et bénévole gloire des ministères conjoints ? La chose ne manquerait pas d’ironie. Peut-être les ministères argueront-ils de la « visibilité » qui est ainsi octroyée aux lauréats et lauréates, pour justifier d’avoir fait plancher gracieusement les participants. 

 

Enfin, quid de cette disponibilité du recueil, à titre gratuit, sur internet ? Où le trouvera-t-on, sous quel format, et, avant tout, qui sera ledit jury en charge d’examiner les textes reçus ? En dépit de nos demandes de précisions, la rue de Valois reste muette.

Évidemment, il s'agit là d'un faisceau de réflexions et supputations les plus sombres : nul doute qu'en réalité, non seulement le contrat d'édition est limpide, la rémunération des écrivains actée dans des proportions raisonnables, et surtout, la vertu du procédé inattaquable. Non, aucun doute. 

Pour autant... la recommandation la plus sage consistera à obtenir les informations nécessaires, avant que de se lancer dans un pareil appel. Et en l’absence de réponse, laisser les ministères se débrouiller pour écrire eux-mêmes gratuitement ces textes...




Commentaires

Faire écrire des nouvelles "à l'œil" ? Mais en quoi ces ministres seraient-ils différents de l'immense majorité d'éditeurs portant un grand nom et qui ne sont corrects qu'avec leurs quelques vedettes, laissant sans salaire leurs auteurs "lambda" dans l'ignorance absolue du chiffre exact de leurs ventes ? Certains-même, quoique ils fassent du "compte d'éditeurs", obligent par contrat l'achat de trente exemplaires de l'ouvrage s'il n'est pas signé par une vedette. Alors….
une nouvelle sur les batiments de france ..alors cool smile

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.