Humensis : accord trouvé sur les horaires de travail, avec des réserves

Nicolas Gary - 28.03.2018

Edition - Les maisons - Humensis négociations personnel - horaires travail Humensis - accord Humensis horaires


Le 27 février, intervenait un débrayage sous la neige, suivi d’une manifestation devant le siège du groupe Humensis. En cause, les négociations autour du temps de travail pour le personnel – et l’impératif de trouver une solution avant le 1er mars. Nous apprenons que les parties se sont finalement entendues. Presque.
 

Débrayage Humensis

Débrayage du 27 février – ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

 

Un message émanant de la direction du groupe Humensis informe en effet qu’un accord a été trouvé le 13 mars dernier avec la CFDT. Ce dernier a été signé sur les bases des dernières propositions avancées le 23 février, avec, toutefois, quelques aménagements.

 

Pour la direction, l’accord « constitue une étape importante dans la construction du groupe Humensis permettant ainsi la mise en place d’un socle commun à l’ensemble du personnel concernant l’organisation du temps de travail ». 

 

Les RTT au coeur de la négociation
 

Dans les faits, ce dernier résulte plutôt d’une résignation de la délégation unique du personnel, pour éviter que n'entre en vigueur la règle des 35 heures, telle qu’envisagée. En l’absence de solution, ce sont en effet des 35 heures aménagées qui allaient être mises en application à compter du 1er mars. 
 

« Nous sommes consciencieux et on n'hésite pas à faire beaucoup d'heures pour mener à bien les projets. Donc dire que l'on fait effectivement 35 heures par semaine, lissées sur l'année, et que cela ne changera rien de passer aux 35 heures contractuellement, c'est assez irrespectueux de notre travail. Et je pense que la direction profite du fait que l'on soit ce genre d'employés, pour pouvoir appliquer les forfaits jours qui légaliseront une pratique déjà courante, sans aucune compensation ni journée de récupération », assurait une employée interrogée par ActuaLitté, le jour du débrayage.

 

Justement, le lendemain « une réunion est intervenue, en présence de Frédéric Mériot, le directeur général d’Humensis. Fut alors proposé un modèle de 37 heures pour tous, sur une période de 4 semaines, avec une journée de RTT », nous indique un représentant du personnel. 

 

Une offre qui provoqua une levée de boucliers, et la nécessité, une fois de plus, de parvenir à un accord. Au 1er mars, les représentants du personnel indiquent alors à la direction qu’ils acceptent les conditions originelles. 

 

Les deux points fondamentaux des négociations s’appuyaient sur le nombre de journées de RTT proposées, dans les deux types de contrats mis en place. Le premier impliquait, pour les personnes basculant en forfait jour, 12 RTT, contre 15 RTT pour celles passées en horaires collectifs de 37h30 hebdomadaire.

 

« Le problème est que les forfaits jours allaient nécessairement faire plus de 37h30 par semaine, avec une compensation moindre », précise-t-on. À ce titre, était réclamé un encadrement des forfaits jours, avec une délimitation claire de ce qu’il impliquait.
 

Entrer, ou ne pas entrer en conflit...

 

Au terme de nouvelles négociations, direction et personnels sont parvenus à un compromis. Il implique, assure Humensis, des modalités d’organisation du temps de travail pour les collaborateurs en horaire collectif et en forfait jour, la mise en place d’un compte épargne temps, l’ouverture au télétravail. S’y ajoutent un dispositif de don de jours de repos et des dispositions afférentes au droit à la déconnexion.

 

Pour ce qui est, à proprement parler, de la définition du forfait jour, les parties ont convenu que si, sur une période de 3 à 4 semaines, le temps de travail excédait 10 heures quotidiennes, on reviendrait autour de la table. Des négociations interviendraient pour « envisager des actions correctives et éventuellement compensatoires ». 

 

Chez Humensis, des salariés dénoncent
“une charge de travail insupportable”

 

Dans un communiqué officiel, Frédéric Mériot indique : « L’accord est le fruit d’un travail collectif et partagé entre les représentants des salariés et la Direction de Humensis. Il constitue un juste équilibre entre les aspirations des salariés et la préservation des intérêts de la société. Il permet la mise en place d’une organisation du travail homogène et rénovée à même d’accompagner Humensis dans son développement. Il est aussi le reflet de l’attention qui est portée au respect de la vie personnelle et familiale des collaborateurs. » 

 

L’avis du personnel ne semble pas unanimement rejoindre celui de la direction. « Nous sommes arrivés à un accord, oui, mais qui n’est pas extrêmement satisfaisant. La situation était telle que nous nous serions embarqués dans un conflit long et difficile – et les salariés n’y étaient pas prêts. Ou alors, nous devions plier aux exigences de la direction, en tentant d’aménager les aspects les plus problématiques », déplore un représentant du personnel.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.