Hunger Games, les JO... et le tir à l'arc

Clément Solym - 30.07.2012

Edition - International - tir à l'arc - Hunger Games - jeux olympiques


Legolas peut aller se rhabiller, avec ses petites oreilles en pointe : son déhanché du poignet dans les grandes séquences de destruction massive d'orcs et autres créateurs venant du Mordor ont été dépassées par... Hunger Games. Depuis que le film est sorti, voilà que le tir à l'arc est devenu un sport prisé outre-Atlantique. Cela dit, outre-Manche, le Seigneur des Anneaux avait déjà exercé un fort pouvoir d'attraction sur le public. 

 

 

Sacré profil... d'archère

 

 

Et avec l'épreuve olympique de vendredi, l'enthousiasme pour le tir à l'arc ne s'est pas démenti. La Corée du Sud, qui a battu deux records, devient alors le symbole nouveau pour un sport peu médiatisé. Peter Jones, de Archery GB, interrogé par le Guardian, explique qu'une enquête réalisée l'an passé auprès des 12-18 ans, montrait que déjà, le tir à l'arc était en tête des différentes épreuves des JO dans leur coeur.

 

Et entre 2004 et 2012, le nombre d'adhésion a augmenté de 16.000 à 36.000 personnes. Au point que certains clubs refusent du monde... Même son de cloche de Heidi Nichol, de 2020 Archery, pour qui les JO ont réellement eu une forte incidence. 

 

Mais pour l'un comme pour l'autre, les films autant que les séries télés ont valorisé le profil du sport, et le prochain Disney, Brave, mettant en scène une princesse qui manie l'arc, devrait de nouveau susciter les vocations. 

 

Outre-Atlantique, ce sont les adolescentes qui ont massivement grossi les rangs des clubs de tir à l'arc, et les ventes de matériel - ce sport coûte particulièrement cher - ont triplé, selon les revendeurs. Les adolescentes ? Eh oui : Katniss Everdeen, le personnage de Hunger Games, film adapté de la trilogie de Suzanne Collins, a provoqué l'identification. Cette archère qui dégaine de la flèche à tout va, pour survivre dans un monde de lutte est devenue une égérie. 

 

Et ses seuls talents d'archère pourront la conduire à la victoire. Mais le personnage est devenu ambassadrice du sport, et l'on retrouve des affiches du film dans les magasins spécialisés. Au point que dès les premières diffusions du film, les adolescentes se sont littéralement précipitées. 

 

Vive les vocations...