Hystérie administrative : une libraire obligée de refaire sa devanture

Heulard Mégane - 01.07.2019

Edition - Librairies - librairie soissons - vitrine de librairie - contrôle inspection


Colette et Fabrice Armbruster sont propriétaires de la librairie du Centre à Soissons. Ils ont décidé alors de revisiter la vitrine de leur boutique d’une manière pour le moins originale. Une décision qui fait suite au contrôle réalisé par la Direction départementale de la protection des populations. 

Via Facebook Librairie du Centre


Le 18 juin dernier, Colette Armbruster reçoit un courrier de l’État auquel elle ne s'attendait pas. Une lettre de la DDPP, émise par le préfet de l’Aisne, signale que « [l]ors d’un contrôle effectué le 18 juin dernier, il a été constaté qu’aucun prix n’apparaissait sur vos articles exposés dans vos vitrines. Ceci contrevient à l’arrêté du 3 décembre 1987 relatif à l’information du consommateur sur les prix, pris en application de l’article L.112-1 du Code de la Consommation »

Les propriéraires de la librairie risquaient « une amende de 3000 euros pour une personne physique et 15.000 euros pour une personne morale ».
 
 
Via Facebook Librairie du Centre

 
Colette Armbruster déclare à L’Union : « J’étais en colère après une mesure que je trouve injuste. Mais j’ai voulu avertir avant tout mes clients ». En effet en réponse à ce courrier, la libraire a décidé d’agencer sa vitrine d’une manière surprenante et avec un brin d’humour. 

On peut voir une vitrine presque vide, avec seulement trois ouvrages dont les titres sont éloquents : Triompher des emmerdes, Théorie de la dictature et C’est ça la France... À leurs côtés, les prix respectifs affichés en gros caractères et... la lettre des services de l’État, bien mise en évidence.
 
Prix unique, devanture inique ?

La libraire poursuit : « Ça fait 23 ans que nous sommes installés ici et nous n’avons jamais procédé de cette façon. Même le syndicat des libraires, lorsque je l’ai contacté, était étonné. Pour ma part, je les renouvelle parfois plusieurs fois par semaine, et j’aime bien faire des mises en scène. Ajouter les prix gâche un peu le charme et n’a pas vraiment de sens, vu que les prix des livres sont uniques. » Oui, mais encore faut-il le faire savoir au plus grand nombre.

L’affichage des prix de chaque ouvrage en vitrine serait effectivement une charge supplémentaire de travail. Mais le courrier est formel : « Le fait que le prix des livres soit fixé par les éditeurs et figure au dos des ouvrages ne dispense pas de l’obligation d’annoncer les prix lorsque ceux-ci sont exposés en vitrine. » 

Colette Armbruster et le syndicat des libraires tentent de trouver une solution pour éviter l’amende significative : « D’après le syndicat, nous pouvons mettre une fiche bristol dans un coin avec les tarifs de l’ensemble des ouvrages. Ça fera du travail en plus. Comme si on n’en avait pas assez… » conclut-elle.
 


Commentaires
Personne pour leur faire une page Web pour rentrer les codes-barre douchés à la suite et qui génère une page avec le titre et le prix, données prise soit sur un site, soit en interrogeant un webservice gratuit DILICOM ou autre ?

Ensuite, reste plus qu'à imprimer la page
J'ai un peu du mal à comprendre. La loi impose d'afficher les prix dans les vitrines. Tout le monde le sait (et quand bien même, nul n'est censé ignorer la loi).



« Ça fait 23 ans que nous sommes installés ici et nous n’avons jamais procédé de cette façon»... Ça c'est ce l'argument de poids... Moi j'appelle ça de la paresse.
C'est la même chose en Belgique mais quand on met 40 ou 50 livres sur une vitrine de 10m et 2 m d'étagères de haut, c'est une ENORME charge de travail pour un petit commerce avec un ou deux employés.
Effectivement, ça fait environ 20 étiquettes Par personne... c'est ÉNORME...
Voilà ce qui arrive quand des fonctionnaires qui passent leur temps à écraser les prouts sur leur fauteuil de bureau ont trop de pouvoir.
Les fauteuils mis à notre disposition par l'administration sont aérés, en tissu résille et permettent désormais d'éviter cet affreux "écrasement" auquel vous faites allusion !!!

Quant aux "trop de pouvoirs" donnés aux fonctionnaires, sachez que ce n'est pas suite à un fait d'armes mais à un texte voté par des gens démocratiquement élus...
De toutes façons, les livres neufs grand formats sont tous entre 15 et 25 euros. L'éditeur jouant sur les marges de 3 km et la police ou la mise en page pour faire d'un poche de 200 pages, un grand format. Pas la peine de voir les prix affichés, on sait qu'il faudra sortir à peu près 20 euros pour un livre. Ce serait autre chose que le lobby des livres, on parlerait d'entente sur les prix.



Pour les autres objets ou vêtements, les petits arrangements avec la loi qui sous-entend "lisibles" dans "affichage des prix" sont beaucoup plus agaçants.

Le carton miniature ou l'étiquette systématiquement à l'envers sont à la limite de la malhonnêteté et je préfèrerais que les inspecteurs zélés s'occupent de ça plutôt car pour les livres, franchement, ça ne sert à rien.
La solution est très simple !!!

Faire comme les boutiques de Vendôme ! Vendre le livre en vitrine plus de 10000€ !! Pas d'obligation d'afficher les prix !!! Ensuite ce n'est que les livres de la vitrine ! On met un prix au crayon a l'intérieur et on vend le livre en rayon au bon prix !

Et voilà !
De mémoire il n'y a pas de montant permettant de déroger à l'affichage des prix. La cour de cassation à tranché dans les années 70.
Je suis libraire et je ne mets jamais de prix pour les livres, ça fait tâche dans mes décors. Et si jamais on m'oblige je trouverais aussi une façon détournée de les mettre (par exemple une liste écrite en corps 2 tout en haut de la vitre, ça sera fun elle fait 3m...)
Certaines boutiques de vêtements retournent les étiquettes afin que le prix soit invisible et je remarque au fil des années que ce sont toujours les mêmes donc elles ne sont jamais contrôlées...? Les livres sont au même prix partout en fonction de leur édition donc c'est assez contraignant bien sûr . Cependant la loi est pour tous et le but est de protéger le consommateur... Alors je comprends les libraires mais pour moi la loi doit être appliquée...
Pour acheter un livre, il faut d'abord rentrer dans la librairie dans laquelle son prix est clairement affiché. Le consommateur a donc tout le loisir de réfléchir si l'ouvrage lui convient à ce prix et s'il désire l'acheter.

Le prix est indiqué là où l'acheteur vient chercher le livre. Ça ne suffit pas?



En matière de défaut d'étiquetage y a des choses plus graves à régler pour la protection des consommateurs que la vitrine des libraires. Vous avez déjà lu l'étiquette des produits que vous achetez pour manger, vous doucher etc... Sur beaucoup vous trouverez des mentions vagues comme "arômes naturels" ou bien des dénominations qui peuvent cacher des produits de plusieurs origines. Sans compter le manque de contrôles sanitaires qui causent de plus en plus de scandales dans l'agroalimentaire.



De toute façon aujourd'hui tout objet vendu est un produit comme un autre sans discernement pour les spécificités du secteur. Honnêtement toutes les bonnes librairies que j'ai fréquentées dans ma vie n'affichent jamais les prix en vitrine, cela ne fait pas partie des usages. Étant grande lectrice et plutôt fauchée de surcroît, je dois admettre que cela ne m'a jamais causé de préjudice de ne pas savoir le prix d'un livre avant de rentrer l'acheter...



Si cela pose vraiment un problème de protection du consommateur pourquoi ne pas agir au niveau national pour que l'ensemble de la profession s'harmonise plutôt que de cibler un seul libraire?



Quand l'administration décide de s'en prendre à quelqu'un ça peut vite devenir ubuesque...
Vraiment, s'en prendre aux librairies..quelle honte!!

...on est descendu bien bas, mais avec des politiciens incultes et une population de beaufs...à quoi s'attendre d'autre ? réagissons, médias aidez nous,intellectuels faites vous entendre !
Ôtez moi d'un doute, parce que j'ai quitté la France pour des cieux plus cléments, il y a un certain temps, il n'y a pas quelques personnes intelligentes pour trouver que ça déconne sérieux dans le Landerneau?
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.