iDreambooks : le “Rotten Tomatoes” du livre

Clément Solym - 16.07.2012

Edition - International - rotten potatoes - rahul simha - idreambooks


Auto-surnommé le « Rotten Tomatoes » du livre, iDreamBooks est une nouvelle application web conçue pour aider à trouver les meilleurs livres à lire en scannant des critiques de livres faites par des critiques professionnels sur des sites répertoriés.

 


tomato decay

 

 

Du choix « de qualité » pour les lecteurs en quête de nouveauté

 

Depuis Internet, les critiques en ligne fusent. Des sites comme Bookslut, Goodreads, The Millions, Book Inq publient quotidiennement des critiques sur toutes sortes de nouveautés littéraires. Pour le jeune Canadien, Rahul Simha (27 ans) interrogé par Publishing Perspectives, il manquait encore quelque chose sur le web : « Je suis un grand fan du site Rotten Tomatoes, et je l'utilise tout le temps quand je veux décider quel film regarder – c'est-à-dire comment je vais investir mon temps. J'ai toujours cherché une référence similaire pour les livres, attendant que quelqu'un vienne le faire, mais personne ne l'a fait. J'ai donc décidé de le faire moi-même. »

 

iDreambooks promet de rassembler des critiques de sources fiables afin de permettre aux lecteurs de prendre des décisions d'achats de qualité. Les sources fiables définies par Rahul Simha sont « tous les principaux journaux et magazines, comme le New York Times, le Washington Post et ainsi de suite ». « Nous acceptons de nouveaux magazines aussi, mais ils doivent avoir une ancienneté d'au moins un an. Sur notre site nous avons des critères que nous utilisons pour définir les critiques professionnelles », ajoute-t-il. Et tout comme Rotten Tomatoes possède son « fresh/rotten rating », iDreambooks propose un équivalent avec l'étiquette « must read », accréditée lorsqu'un livre atteint un score positif d'au moins 70 %.

 

iDreambooks tient à souligner qu'ils usent également de critiques en ligne indépendantes. Les blogueurs qui souhaitent participer peuvent demander à être présentés par l'intermédiaire d'une page « contact » sur le site. Là aussi certains critères s'appliquent : « Ils doivent être sur le net depuis longtemps, ils ne doivent bloguer qu'autour de l'univers du livre et ils doivent répondre à des normes de qualité ».

 

iDreambooks se voit comme « supérieur » aux autres autres agrégateurs

 

iDreambooks s'est développé rapidement depuis la gestation de l'idée en février dernier. L'équipe se compose de trois fondateurs et de quatre entrepreneurs. Rahul Simha et l'un de ses co-fondateurs sont des ingénieurs de formation, et savent coder. Actuellement, ils ajoutent tous les jours du nouveau contenu sur le site pour le rendre aussi complet que possible. D'autres intentions semblables à iDreambooks s'étaient annonçées, comme Kirkus Review, mais ont abandonné le projet. D'autres agrégateurs de critiques tels que le Bookmarks Magazine, Books & Media et The Complete Review existent, même si elles n'agissent pas sur le même principe que le « Rotten Tomatoes ». Comment s'en différencier ?

 

« Eh bien, je pense que notre interface d'utilisateur est supérieure. C'est beaucoup plus facile de trouver des livres sur iDream. Vraiment, il est fait pour la découverte : il y a une mise en avant sur les couvertures et les images. Le site devient comme lorsqu'on regarde dans une vitrine. Puis, si vous aimez un genre spécifique, il est facile de s'y rendre en un seul clic à partir de la barre de menu. Dans l'ensemble, je dirais que notre interface est plus intuitive. »

 

Rahul Simha n'hésite pas à se comparer avantageusement par rapport à Goodreads et même Amazon. « Ils sont construits pour la recherche, pas pour la découverte. […] Sur notre site, vous ne recherchez pas directement dans les livres. Il vous donne une vue d'ensemble de ce qui existe, ce que vous n'obtenez pas sur d'autres sites. »

 

Les petits éditeurs et l'auto-édition à la marge

 

Actuellement, iDreambooks se focalise sur les publications des « Big Six » (qui, traditionnellement, obtiennent le gros de l'attention critique des médias traditionnels), un nombre restreint d'éditeurs donc. Néanmoins, l'intérêt serait, à l'avenir, de couvrir aussi les petits éditeurs. Il est à noter que les best-sellers ne recueillent pas tous d'excellentes critiques, et « certains d'entre eux ont des scores très bas. Les critiques les haïssent », déclare Rahul Simha. Ainsi, Religion for Atheist, d'Alain de Botton, recueille un score de 34 % sur le « Readometer » sur une cinquantaine de critiques, tandis que les éditeurs du mega best-seller Fifty Shades of Grey, Ramdom House, ne semblent pas s'inquiéter d'un score de 30 %.

 

En revanche, les petits éditeurs et les auto-édition, auxquels les critiques "réputés" ne touchent pas, devront encore attendre avant de pouvoir accéder à une telle promotion.