Il était une fois... le parfait cocktail divertissement/ pédagogie d'Albert Barillé

Nicolas Gary - 05.12.2016

Edition - Les maisons - Procidis Albert Barillé - Il était une fois - dessins animés sciences


ENTRETIEN – Albert Barillé a écrit une page de l’histoire de la télévision avec les séries « Il était une fois... » Autour de Maestro, ces dessins animés du studio Procidis ont marqué toute une génération, captivée par des thèmes riches : L’Homme, L’Espace, La Vie, Les Amériques, ou encore Les Découvreurs, Les Explorateurs. 

 

Les éditions Huginn & Muninn publient un grand livre, Il etait une fois... la belle histoire de Procidis, réalisé par Maroin Eluasti, Magalie Soufflet et Christophe Lambert. Les trois auteurs racontent leurs souvenirs et leur travail.

 

 

ActuaLitté : Que représente la saga Il était une fois... – et ses multiples déclinaisons. En étiez-vous spectateurs ?

 

Maroin Eluasti : C’est un des plus beaux moments de mon histoire télévisuelle. J’ai découvert la saga Il était une fois, il y a très longtemps avec celle de L’Homme. Puis j’ai suivi toutes les autres avec passion. Ce qui m’a touché, c’est la bonne humeur des personnages, leur curiosité, l’humour omniprésent... L’horloge nous guidait dans le temps avec la voix magique de Roger Carel. Quel beau voyage ! Plus le temps passe et plus je me rends compte que nous nous avons eu beaucoup de chance de découvrir ces grandes séries.

 

Magalie Soufflet : Je n’ai pas connu les deux premiers opus car j’étais trop jeune (rires). J’ai surtout regardé la saga sur La Vie. Les opus qui ont suivi m’ont beaucoup moins intéressé. Il faut dire que le club Dorothée avait débarqué avec ses séries japonaises et c’était un vrai phénomène.

 

Christophe Lambert : Je suis un spectateur de la première heure. J’étais devant mon écran, tous les soirs, à 19 h 55, dès la première diffusion de « Il était une fois... l’homme » en 1978. Je ne ratais pas un épisode, allant même jusqu’à les enregistrer sur cassettes audio (à l’époque, les magnétoscopes étaient rares)... Je recopiais les dessins de Jean Barbaud sur des petits cahiers. J’étais tellement fan que j’ai écrit à Albert Barillé, qui m’a très gentiment répondu (la lettre, précieusement conservée, ci-dessous). Nous avons noué une amitié épistolaire puis nous nous sommes rencontrés sept ou huit ans plus tard, au moment de son Sept d’or pour « Il était une fois... la vie », et j’ai travaillé avec lui sur sa dernière série... 

 

ActuaLitté : Si le dessin est aujourd’hui un peu daté, comment la série fait-elle pour conserver une telle la modernité ?

 

Maroin Eluasti : Même si le dessin correspond à une autre époque, j’ai remarqué avec le temps que les enfants n’y attachent pas beaucoup d’importance. C’est une préoccupation d’adultes (rires). Pour eux, le plus important, c’est de passer un bon moment en compagnie de leurs héros.

 

Les séries d’Albert Barillé ont su rester très populaires car, en plus de leurs personnages qui sont passés dans notre patrimoine, il n’existe aucun équivalent dans le monde. Les séries Procidis recèlent ce qu’aucune autre n’a réussi à faire : vulgariser l’histoire et les sciences... Si aujourd’hui les séries sont toujours aussi modernes, c’est aussi parce que le studio les restaure pour les adapter aux nouveaux écrans. Ils peuvent ainsi toucher une nouvelle génération d’enfants.

 

Magalie Soufflet : Il est vrai que le design des personnages ne correspond plus aux critères actuels des chaînes de télévision, mais je trouve qu’il reste naïf, plaisant à regarder. Par ailleurs, la fraîcheur des personnages et leur apparente tranquillité représentent une bouffée d’oxygène. Je pense que la série a pu traverser les générations parce que les enfants que nous étions sommes restés très attachés à ces personnages et, qu’à notre tour, nous voulons les faire découvrir à nos enfants. Par ailleurs, les sujets abordés restent intemporels : l’histoire de l’homme, le corps humain, les grandes découvertes...

 

Albert Barillé reste, aujourd’hui encore, le seul producteur qui s’est lancé dans un pari aussi osé d’instruire les enfants tout en les divertissant. Il voulait absolument réunir parents et enfants devant le petit écran et on peut dire que c’est un pari réussi ! Sa manière d’aborder les faits, sa grande exactitude ainsi que toutes les petites anecdotes qui émaillent les épisodes font que cela reste toujours un plaisir de revoir ces séries. Je peux même dire redécouvrir car de nombreux détails m’avaient échappé à l’époque et je les savoure maintenant que je suis adulte.

 

Christophe Lambert : « Il faut avoir une idée bulldozer » disait Albert Barillé. Celle qui consiste à faire voyager une famille lambda à travers les époques est tout simplement géniale. Je n’ai rien vu de plus intelligent, depuis, à la télévision, dans le genre ludo-éducatif. Le cocktail divertissement/pédagogie était alors parfaitement dosé. Et ce générique ! La musique de Bach ! Les transformations du personnage..., c’était du morphing dix ans avant le clip de Michael Jackson, « Black and white » !

 

 

 

ActuaLitté :​ La vie, L’Espace, Les découvreurs, Les Amériques, Les explorateurs... Quelle était votre série préférée (et surtout, pourquoi ?) 

 

Maroin Eluasti : Il y a deux en fait : Il était une fois l’Homme et L'Espace. Comme il ne faut en choisir qu’une, ce sera l’homme... C’est celle qui m’a le plus marqué par son originalité et son ambiance générale. J’adorais les musiques qui respiraient la joie, la bonne humeur, elles étaient si prenantes ! Les gags permettaient de détendre l’atmosphère entre deux événements marquants... Qu’est-ce que j’ai pu m’amuser ! J’étais devenu l’un des plus grands fans d’Albert Barillé.

 

Magalie Soufflet : Ma série préférée était La Vie. Comme je le disais plus haut, c’est la première série de la saga que j’ai découverte à la télé. J’aimais beaucoup les personnages et le ton humoristique sur lequel était évoqué notre corps. Je le voyais comme un terrain de jeu, avec ses vaisseaux sanguins qui ressemblaient à des toboggans ou le grand huit dans les reins (un épisode qui m’a beaucoup marqué d’ailleurs). Les globules étaient toujours souriants et positifs. Et puis il y avait les combats contre les méchants microbes ! Je ne m’ennuyais jamais même si je me rends compte, à présent, que j’étais loin de retenir toutes les explications scientifiques ! Enfin, j’adorais le générique que je fredonnais à chaque épisode.

 

Christophe Lambert : « Il était une fois... l’homme » sans hésiter. Au niveau de l’écriture et de la réalisation, c’est la série la plus aboutie. Grand amateur de science-fiction, j’étais également très branché « Il était une fois... l’espace », en particulier grâce aux designs des vaisseaux imaginés par Manchu... qui est devenu mon illustrateur fétiche quand j’ai commencé à écrire des romans, vingt ans plus tard !

 

<

>

Extraits du livre

 

 

Et le célèbre générique d'Il était une fois... L'Homme, sur la toccata et fugue en ré mineur de Bach...

 


Pour approfondir

Editeur : Huginn & Muninn
Genre :
Total pages : 224
Traducteur :
ISBN : 9782364804944

Il etait une fois... la belle histoire de Procidis

de Eluasti, Maroin ; Soufflet, Magalie ; Lambert, Christophe(Auteur)

Tout commence en 1969, lorsqu'apparaît sur les écrans de télévision un petit ourson en peluche nommé Colargol né de l'imagination d'Albert Barillé. Pionnier des programmes jeunesse, cet inlassable créateur souhaite profiter de ce succès immense auprès du public pour raconter d'autres belles histoires. Près de dix ans plus tard, en 1978, il lance donc avec le dessinateur Jean Barbaud un nouveau dessin animé : Il était une fois... L'homme ! Ce récit ludo-éducatif va encore battre tous les records d'audience et donner naissance à une véritable saga animée... Après L'homme, ce sont La vie, L'espace, Les découvreurs, Les Amériques et Les explorateurs, encore le récent Notre Terre, qui vont fasciner des générations de téléspectateurs ébahis et passionnés. Cet ouvrage officiel, illustré par des documents rares et inédits tirés des archives d'Albert Barillé, dévoile pour la première fois toutes les coulisses de ces séries. Grâce à ce livre de référence, vous allez enfin tout savoir des origines de Maestro, Pierre, le Nabot ou encore Pierrette et le Teigneux et tous les personnages de ce programme culte.

J'achète ce livre grand format à 34.95 €