Il paraît que les hommes préfèrent le football aux livres...

Clément Solym - 26.03.2009

Edition - Société - lecture - hommes - football


« Quand les femmes arrêteront de lire, les éditeurs pourront arrêter de publier. » Elle est tragiquement vraie, cette phrase de Ian McEwan, que nous reprenons et améliorons à notre sauce : l'auteur concluait en effet plus simplement, « le roman sera mort ». Car après cette étude supplémentaire, montrant que les femmes lisent plus que les hommes, la question se pose : comment les amener à la lecture ? Et pas question de croire que le Royaume-Uni est seul concerné par cette situation...

Comment l'industrie pourrait-elle alors renverser la tendance et changer les hommes, si ce n'est en lecteurs voraces, du moins en tourneurs de pages assidus ? Car enfin, on pratique déjà les expérimentations sur les jeunes garçons, en leur proposant des titres évolutifs, à travers des aventures qui plus est ludiques et pédagogiques...

Alors ce potentiel masculin, comment s'en servir ? Et comment le reconquérir ? Parce qu'il est hors de question de croire qu'il ne s'agit là que d'une réalité chromosomique... Parler un peu plus de sport et mettre en scène des footballeurs ? Bonjour l'indigence des conversations :

- Yoh !
- Yoh !
- Trop la patate aujourd'hui.
- Grave. Hier, trop bon match.
- Grave ! Belle lucarne.

Et on en passe... Navré pour ceux qui ont d'ailleurs plus de huit mots de vocabulaires, on les entend rarement s'exprimer au-delà du gazon. Certains évoquent un renouveau masculin des livres, qui passerait probablement par une éradication de la littérature type Musso ou Levy : que ceux qui sont contre lèvent la main. Personne ? C'est adopté. Peut-être faut-il se tourner du côté de la science-fiction et de la fantasy pour espérer y trouver une alternative : après tout, que l'on ait 12 ans ou 50, les fusées et les martiens, ça vous fait rêver un garçon...

On attend vos propositions, professionnels ou non, sur la question... Que la Force soit avec vous...