Il utilise la ville comme un symptôme du viol aux USA : un auteur haï

Antoine Oury - 06.05.2015

Edition - Société - Jon Krakauer - Missoula Montana - viol


Jon Krakauer, l'auteur du célèbre Into the Wild, adapté au cinéma par Sean Penn, s'arrêtera avec appréhension dans la ville de Missoula, dans l'État du Montana. Pourtant, son dernier livre de non-fiction fait apparaître le nom de la cité dans le titre, mais l'accole à une seconde partie moins heureuse, « Rape and the Justice System in a College Town » (« Le viol et le système juridique dans une ville étudiante »). Les habitants sont choqués.

 

 

{www.ryanpolei.com}

Missoula, au petit matin (Ryan Polei, CC BY-ND 2.0)

 

 

Jon Krakauer a immédiatement précisé sa pensée auprès de l'Associated Press : « Le fait que les gens soient agacés par le titre m'a plutôt surpris. Cela me semblait un parfait exemple d'un problème national. » Missoula : Rape and the Justice System in a College Town évoque toutes les difficultés que rencontrent les victimes d'un viol pour porter plainte auprès des autorités, ou pour entamer des poursuites judiciaires.

 

« Je n'ai jamais voulu sous-entendre que le cas de Missoula était le pire », a précisé l'auteur. « Ce n'est pas le cas. » Krakauer évoque néanmoins le cas d'une femme, inscrite à l'université du Montana, et agressée à plusieurs reprises entre 2010 et 2012. Le cas avait été suivi par une enquête du Department of Justice américain sur la façon dont les universités et les autorités municipales traitaient ces viols, et les plaintes des victimes.

 

Les critiques en provenance de la ville ont fusé, certains accusant Krakauer de rouvrir des affaires sordides pour attirer le chaland, et salir la réputation de la ville. D'autres lui reprochent de ne pas avoir interrogé les représentants de la Justice de Missoula, mais l'auteur s'est défendu en assurant que les contacts avec avocats et procureurs s'étaient soldés sur des menaces de procès à son encontre.

 

Krakauer a accepté une invitation, pour venir expliquer en personne son enquête dans la ville, et les raisons qui l'ont poussée à publier l'ouvrage. 

 

Le cas rappelle celui de Pierre Jourde et de son roman Pays perdu, publié en 2003 aux éditions L'Esprit des péninsules. Inspiré par Lussaud (dans le Cantal), village d'où est originaire la famille Jourde, il avait choqué les habitants qui se reconnaissaient dans ces portraits d'hommes et de femmes déprimés et au bout du rouleau.

 

Une série d'agressions avait suivi, notamment sur la famille de Pierre Jourde. Les agresseurs avaient été condamnés en 2007 à des amendes et des peines de prison.