“Il y a urgence” à mettre plus de livres dans les émissions télé

Nicolas Gary - 12.11.2019

Edition - Société - livre télévision émission - littérature lecture télévision


Gallimard, Plon, Lattès, Actes Sud, Stock, POL, Robert Laffont, Liana Levi, Julliard, Seuil, Livre de Poche, Albin Michel, Grasset, Héloïse d’Ormesson, Flammarion, etc… la liste est longue et défie l’imagination. L’édition française, dans son ensemble, et comme un seul corps, interpelle la télévision — chaînes privées ou publiques. Avec une demande : plus de livres. 


 

La tribune est épatante en ce qu’elle fédère toute l’industrie du livre, ou peu s’en faut. Publiée dans Le Monde, et signée par une trentaine de directeur.trices et président.es, elle interpelle les responsables du petit écran, appelant à faire cause commune. Foin de la concurrence de jadis, désormais édition et télévision « se trouvent engagées dans une même course au temps de cerveau disponible ».

Cette allusion à l’ex-PDG de TF1, Patrick Le Lay, ne manquera pas de faire sourire – gageons en effet que les éditeurs ont autre chose que du Coca Cola à vendre aux lecteurs... Mais au-delà de la note d’humour, la situation est grave. Car bon livre et bon programme partageraient un même fond, « une qualité et une continuité d’attention ». Et à ce titre, les deux industries y gagneraient, en augmentant les programmes culturels. 

Bien entendu, le problème ne date pas d’hier : en 2008, déjà, le Syndicat national de l’édition réfléchissait à une autre approche. Et à l’initiative de Ronald Blunden, alors directeur de la communication de Hachette Livre émergeait l’idée d’une Oprah Winfrey à la française

Les émissions américaines et britanniques renfermaient-elles l’idée géniale (voire, les idées géniales), pour garantir la promotion du livre à la télévision ? Le projet ne sera cependant jamais suivi — sauf à considérer que François Busnel soit devenu notre Oprah hexagonale…

« Nous devrions donc assister à la multiplication des émissions consacrées au livre. Or, c’est le contraire qui se produit. Les éditeurs de littérature générale déplorent que les livres aient perdu du terrain, singulièrement au sein des chaînes publiques, avec la déprogrammation de plusieurs émissions », indiquent les signataires. 



 
Mais en réalité, c’est l’inverse : seule La Grande Librairie fait de la résistance sur France 5. Ailleurs ? Point de salut. Et si les auteurs sont régulièrement invités pour apporter leur opinion au débat public, « cette exposition n’offre aux livres qu’une vitrine mal éclairée qui ne rend pas justice aux œuvres ». Pas assez, pas du tout assez.
 
Et comme les émissions prisées n’invitent généralement que de grands noms de l’édition, la place pour les jeunes auteurs se raréfie. Le livre, corps, page et âme, en appelle donc « à une politique volontariste particulièrement de la part des chaînes publiques ». Car si tout un chacun joue son rôle dans la chaîne du livre, et au-delà, pour les acteurs qui s’y engagent, il importe d’étendre plus largement le faisceau d’action. 

« L’’indifférence est le plus grand péril. Et nous la sentons parfois proche, nous qui faisons le lien entre la création et le marché, entre les écrivains et leurs lecteurs », ajoutent les signataires. Et de poursuivre : « Les chaînes de télévision publique ne peuvent renoncer à leur part de responsabilité. »

Alors, oui, il y a urgence, comme le clament les dirigeants de toutes ces maisons. 

Avec une nuance tout de même : on retrouve volontiers tout le corps parisien de l’édition dans cette liste de signataires, ceux qui ont déjà accès aux émissions enregistrées ou diffusées depuis le territoire parisien. Et peu de maisons d’autres régions, en somme. 

Plus d’émissions ne saurait donc signifier plus de place pour les grands groupes éditoriaux, mais plus de place pour les livres. Tous les livres. Assurément.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.