Ile-de-France: les librairies hyperconcentrées à Paris

Clément Solym - 11.04.2012

Edition - Librairies - Le MOTif - Librairies - IAU Ile-de-France


En Ile-de-France, les points de ventes de livre sont concentrés dans la capitale, selon Le MOTif et l'IAU Ile-de-France, qui viennent de publier une étude sur la répartition des points de vente de livre en Ile-de-France (librairies, mais aussi ventes de livres en grandes surfaces et supermarchés), s'attachant à observer comment ces derniers entrent en résonance avec leur territoire.

 

« 48 % des librairies et librairies-papeteries-presse sont parisiennes sur un total de 963 », prévient Le MOTif dans un communiqué, « 40 % des points de vente sont dans Paris, 52 % dans le reste de l'agglomération (zone urbaine continue) et 8 % dans le reste de l'Ile-de-France ». Pour expliquer ce phénomène : les critères socio-économiques, la place historique de la librairie, notamment dans le Quartier latin, et l'importance de l'offre culturelle.

 

Nombre de points de vente par commune

 

 

 

Par contraste, les points de vente se concentrent sur quelques villes dans les territoires périurbains, le commerce de livre n'étant pas favorisé par la faible densité de population, le caractère rural de certaines zones, la faiblesse du niveau de vie. Selon l'étude 25 communes de plus de 20.000 habitants, situées majoritairement en Seine-Saint-Denis et en Essonne, ne disposent ni de librairie, ni de librairie-papeterie-presse, ni de grande surface culturelle.

 

Communes avec ou sans librairie

 

 

Librairie versus librairie-papeterie-presse


La librairie deviendrait-elle l'apanage des riches ? Selon l'enquête, elle reste très vivante et s'épanouit dans les communes favorisées et peuplées où la population dispose d'un bon pouvoir d'achat et se révèle très diplômée.

 

C'est la librairie-papeterie-presse  qui se développe sur des territoires plus variés, « sans doute parce qu'elle dispose d'un complément de chiffre d'affaires réalisé avec la papeterie et la presse qui lui permet d'équilibrer ses recettes ».  Elle est plus solidement implantée dans les agglomérations au sein des communes intermédiaires, ni aisées, ni défavorisées, mais sa présence diminue brutalement dans les communes défavorisées. 

 

« Ces commerces présentent-ils une véritable alternative à la librairie ? Offrent-ils une réponse satisfaisante à la demande de livres de la population locale ? La librairie-papeterie-presse désigne sans doute le commerce de proximité par excellence. Or on sait peu de choses de son rôle dans son environnement commercial, social et culturel. Certaines librairies-papeteries ont obtenu le label LIR et sont donc à considérer comme des librairies à part entière. La nature protéiforme de la librairie-papeterie-presse fera l'objet d'une prochaine étude. »

 

A consulter : les cartes interactives de l'Atlas du livre élaborées par Le MOTif et l'IAU Ile-de-France.