Illettrisme : Luc Chatel s'inscrit dans la prévention

Clément Solym - 07.09.2010

Edition - Société - illettrisme - lutte - Chatel


Face aux chiffres scandaleusement élevés de l’Insee sur l’illettrisme en France, Luc Chatel avait dévoilé, en avril 2010, son plan national de lutte contre ce fléau générateur d’exclusions sociale et professionnelle. Rappelons que 3,1 millions de personnes pâtissent de cette situation pénible dans l’hexagone.

Afin de quadriller le territoire et d'agir de manière préventive, le ministre de l’Education nationale avait nommé trente correspondants académiques. Ces derniers se doivent de coordonner et mettre en place, sur le terrain, différentes initiatives pour prévenir et lutter contre l’illettrisme.

En réunissant ces trente correspondants lundi 6 septembre, soit quelques jours seulement après la rentrée scolaire, Luc Chatel a voulu marquer son investissement autour de cette problématique.


Les correspondants académiques sont invités à coordonner et renforcer les efforts que font déjà depuis bien des années différentes associations sur le terrain partout en France. Les initiatives autour de la promotion de la lecture seront renforcées au primaire tandis que des actions spécifiques seront mises en place dans les entreprises.

Rappelons au passage la distinction fondamentale entre illettrisme et analphabétisme. Ceux qui souffrent du premier mal ont bénéficié d’un apprentissage mais ce dernier a été insuffisant voire inapproprié, menant à une méconnaissance des bases de la lecture, de l’écriture et du calcul. Quant à l’analphabète, il n’a tout simplement pas eu la possibilité de suivre un quelconque apprentissage.

Le problème de l’illettrisme en France est donc d’abord à remettre sur un échec partiel du système scolaire qui permet que des enfants passent au travers des mailles du filet et sortent, après des années de scolarisation effective, avec un bénéfice très minimal…pour ne pas dire tout simplement avec un sérieux passif !