Importer et revendre des manuels sans détenir leur copyright est légal

Antoine Oury - 20.03.2013

Edition - Justice - manuels importés - étudiant - Thaïlande


La Cour Suprême des États-Unis, autorité de poids dans le système judiciaire américain, vient de porter un coup plutôt sévère aux lois sur le copyright en vigueur outre-Atlantique. En effet, la Cour a décidé que l'étudiant Supap Kirtsaeng, attaqué en justice par des éditeurs pour avoir revendu à son seul profit des manuels américains achetés en Thaïlande, était totalement dans son droit.

 


Cheap Textbooks in Stillwater

Wesley Fryer, CC BY-SA 2.0

 

 

 Plutôt débrouillard, l'étudiant avait financé son doctorat en achetant en Thaïlande des manuels américains à un prix moindre, qu'il revendait ensuite aux États-Unis en y ajoutant une légère marge. Un « marché gris » qui lui a permis de rassembler près de 90.000 $, mais qui a très vite attiré l'attention de l'éditeur des manuels scolaires, John Wiley & Sons'. Avec à la clé une plainte datant de 2008, pour violation de copyright et importation illégale.

 

Les premiers tribunaux du système judiciaire américain avaient donné raison à Wiley, en condamnant l'étudiant à une amende salée de 600.000 $. Soutenue par des librairies ou des bibliothèques, pour lesquelles la restriction géographique avancée par l'éditeur aurait pu être dommageable à terme, la défense de l'étudiant a finalement reçu sa plus grande aide de la Cour Suprême, qui a statué à 6 contre 3 en faveur de Supap Kirtsaeng.

 

La Cour Suprême a rappelé que la doctrine de la « première vente », qui permet à tout propriétaire d'un bien légalement acquis de le revendre, « s'applique aux copies d'une oeuvre sous copyright légalement produites à l'étranger ». Si la décision de la Cour peut sembler audacieuse, elle s'avère finalement assez logique : la condamnation de l'étudiant aurait menacé une bonne part du commerce national et international, mais aussi le travail des bibliothèques quant aux titres étrangers.

 

En effet, 2,3 trillions $ de marchandises étrangères ont été importés aux États-Unis en 2011, et ce, même après une première vente au-delà des frontières de la bannière étoilée... Si l'opinion de la Cour Suprême sauve l'étudiant d'une dette à vie, elle n'instaure pas une nouvelle loi, et nul doute que les éditeurs vont avancer leurs pions afin de réguler cette revente parallèle.

 

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.