Impôt foncier : 275 villes du Royaume-Uni menacées de perdre leur librairie

Victor De Sepausy - 03.08.2017

Edition - Librairies - librairies indépendantes Angleterre - taxe impôt foncier - taxe professionnelle librairies


Voilà une dizaine de jours que les appels se multiplient : la librairie indépendante au Royaume-Uni est inquiète. L’activité ne va pas très fort, et la Booksellers Association en faisait état devant le Parlement. Pour le directeur général, Tim Godfray, il faut se montrer extrêmement prudent. 



Librairie, à Londres - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Invité à une séance, Tim Godfray n’y est pas allé par quatre chemins : début juillet, il expliquait qu’un quart des librairies du pays était confronté à une hausse d’au moins 10 % de leur impôt foncier. Une augmentation qui aura pour conséquence de mettre sur le carreau nombre d’établissements d’Angleterre, d’Écosse et du Pays de Galles, si elle persiste.

 

« Même si seule la moitié de ces librairies devait fermer, en conséquence directe de cette hausse, cela laisserait alors 275 villes du pays privées d’une librairie », poursuivait Godfray. 

 

Certains établissements font état d’une hausse de 300 % de cet impôt foncier depuis le début de l’année, avec des réductions de personnel immédiates. Face à un commerce qui ne dispose pas de marges importantes pour vivre, cette taxation soudaine fait l’effet d’un coup de massue. 

 

La présidente de Penguin Random House UK, Gail Rebick, membre du parti travailliste, avait évoqué ce point, mi-juillet : les librairies sont menacées par cette taxation, et la situation devient sérieuse. En guise de réponse, le député Lord Bourne d’Aberystwyth a simplement balayé la question : « C’est quelque chose auquel les autorités locales peuvent répondre : elles peuvent le faire en étant créatives, en regard de leur propre modèle. »

 

Circulez, et éventuellement fermez, y’a rien à voir


Et la Booksellers Association se met alors à grogner : comment peut-on affirmer qu’un quart des librairies du pays, confronté à une pareille hausse de l’impôt foncier, ne relève que d’une problématique locale ? Le vrai problème, c’est que les augmentations constatées dès le mois d’avril découlent de la volonté du gouvernement, et qu’il lui revient de prendre ses responsabilités. 
 

Philip Pullman appelle les éditeurs anglais à réintroduire
un prix unique du livre


La taxation des entreprises avait été mise en place voilà trois mois, avec une application sévère : en effet, un retard s’était accumulé depuis 2015, date à laquelle une réévaluation nationale devait avoir lieu. Pour la ville de Londres, cette augmentation devrait générer quelque neuf milliards £ au cours des cinq prochaines années.

 

Mais on ignore combien de commerces fermeront durant cette période.
 

L’année 2017, qui devait être chargée d’espoirs pour les établissements indépendants, pourrait donc tourner au cauchemar. En début d’année, on ne redoutait en effet que les conséquences du Brexit, assurait le directeur général de la BA. « Il y aura beaucoup d’incertitudes l’année prochaine, causées par les conséquences du Brexit », indiquait Tim Godfray. Et d’ajouter : « Le vent est en train de tourner pour les libraires, après une période très difficile. »

 

via Guardian