Impression à la demande chez Fnac : l'édition à compte d'auteur de retour

Nicolas Gary - 07.10.2019

Edition - Librairies - impression demande Fnac - autopublication livres - auteurs indépendants


Assez logiquement, c’est avec son partenaire Kobo que Fnac se lance enfin dans l’autopublication. Via le service Kobo Writing Life, qui permet aux auteurs indépendants de commercialiser leurs livres, via l’impression à la demande. Fnac rejoint ainsi les acteurs du secteur, s’associant au passage avec Bookelis et Hachette Livre.

Fnac Forum 2017
ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

Là où Amazon a pulvérisé le marché depuis 2007, avec Kindle Direct Publishing — la plateforme d’autopublication maison, associée au lecteur ebook — tous les opérateurs de la chaîne du livre n’ont pu que courir derrière. Surtout qu’Amazon avait déjà prévu à cette époque de coupler la possibilité d’une vente en numérique et une autre en papier. 

En mettant en place son propre outil d’autopublication, Fnac tente cependant d’ajouter d’autres cordes à son arc. En effet, l’entreprise annonce des « leviers de visibilités supplémentaires pour les œuvres les plus plébiscités par les lecteurs ».

Cela passera par des mises en avant sur le site de Fnac.com mais également des créations de fiches auteurs ou encore des dédicaces organisées en magasins.  
 

Visibilité accrue suivant les ventes


L’objectif est en effet de garantir un référencement à travers 10.000 librairies francophones, pour que les livres soient disponibles en impression à la demande. Et la présence de Hachette Livre s’explique également par le recours à la société Bookelis, solution d’impression à la demande. Sauf que pour un auteur qui passerait par Bookelis, le tarif est de 96 € pour disposer de cette solution — avec un tarif dégressif au fil des ans.

Ici, Bookelis apporte la solution d’impression — qui ne coûtera que 49 € par livre dans le cadre de la solution de Fnac.com — et le partenariat avec Hachette Livre, qui garantit le référencement des titres ainsi que la distribution, depuis 2013.

Pour l’auteur qui s’est acquitté des 49 €, trois paliers de visibilité seront ensuite disponibles — suivant les résultats des ventes. 

Bronze : entre 0 et 799 ventes 
apportera la mise en avant dans le top 100 des auteurs Fnac.com
Argent : entre 800 et 1200 ventes (1 titre en 1 année, cumul possible papier et ebook)
– Mise en avant sur Fnac.com (rayon ebook/1 semaine) 
– Fiche auteur Fnac.com (dès 4 titres publiés) 
– Mise en avant dans la rubrique « Conseils Fnac »
Or : pour plus de 1200 ventes (1 titre en 1 année, cumul possible papier et ebook)
– Dédicace dans un magasin Fnac (à déterminer) 
– Mise en avant dans un mail Fnac.com (rayon ebook) 
– Interview de l’auteur autoédité le plus vendu

« Nous sommes très attentifs au développement de l’autoédition et souhaitons, avec ce nouveau service, soutenir l’émergence de nouveaux talents. La Fnac assure aux auteurs autoédités une meilleure visibilité, une distribution plus large, ainsi que l’opportunité de rencontrer leurs lecteurs dans nos magasins », indique Laurence Buisson, directrice du pôle culture. 
 
« La Fnac élargit ainsi son offre de lecture à tous les formats pour permettre au public de découvrir de nouveaux auteurs. »
 

L’autopublication payante… l’erreur de débutant ?


Quand on est Fnac.com, mettre en avant d’hypothétiques dédicaces pour les auteurs dans les boutiques, est assurément un argument convaincant. Mais est-ce ce que les auteurs indépendants cherchent avec l’autopublication ? 



 
Joint par téléphone, l’auteur Thierry Crouzet, qui s’était largement aventuré dans l’autopublication, s’étonne : « Par les temps qui courent, 1200 ventes représentent déjà un nombre significatif. Avant d’y parvenir… » 
 

Du rêve que l'on vend...


C’est que, comparativement à Amazon, et d’autres, où le service est gratuit, l’ajout d’un référencement dans 10.000 établissements « c’est un petit plus, mais 49 €, cela reste tout de même super cher. Quand on sait ce que gagnent les petits auteurs, l’idée même de les faire payer n’a pas de sens. » 
 
Mais plus encore, ce référencement en librairie « c’est du rêve que l’on vend : les libraires n’ont déjà pas le temps de pousser tous les livres, y compris ceux qu’ils apprécient et qu’un représentant leur a recommandés. Alors des ouvrages qui n’existent pour ainsi dire que dans des bases de données, ça n’ira pas bien loin. »

Et de conclure : « Prendre une part du revenu sur les ventes, c’est le business actuel. Mais demander un ticket d’entrée, cela ne me semble pas correct. Et les éditeurs, que vont-ils en dire, de cette initiative d'un partenaire historique ? »

Considérant que les ventes moyennes d’un premier roman se situent entre 500 et 800 exemplaires — avec une diffusion, une distribution, une maison d’édition et un service de presse pour soutenir les livres —, rares seront les élus du programme Visibilité Or. Mieux : certains services d’autopublication estiment sans frémir que passer la barre des 500 exemplaires quand on est auteur indépendant est déjà un beau succès. 


Commentaires
Monsieur Guillaume Crouzet semble oublier la nonchalance de nombreux éditeurs, qui négligent de défendre leurs publications, d'informer les auteurs de leurs ventes... Je ne citerai personne mais c'est du "vécu"... J'en parlais hier soir avec un autre auteur... La politique "commerciale (?)" des éditeurs est incroyablement négligente... Je suis pour l'autoédition, à condition qu'elle soit relayée par une diffusion valable, bien sûr. Les attrape-couillons sont nombreux dans cette branche, mais pour ce qui concerne la Fnac, renseignons-nous, nous verrons après...
Pour que "FNAC"auto-éditeurs se révèlent moins nuls en promotion que les solutions d'auto-édition existant depuis les débuts d'internet, il faudra qu'ils soient vraiment en-dessous de tout...
Rien de bien nouveau sous le soleil, mais ceux qui ont pris l'option de distribution à 96€ chez Bookelis qui la fait à 49€ en passant par la fnac vont être contents ...

Bookelis ne se tirerait il pas une balle dans le pieds ?
Chez BoD c'est 19€ pour à peu près les mêmes services. Autant dire que Bookelis ferait mieux de toute façon de réviser ses tarifs...
comment faire pour publier chez fnac
vu que la centrale de la FNAC est réticente à commander les livres pour la dédicace organisée chez eux via Hachette Livre avec droit de retour (svp !) chez Bookelis (expérience personnelle ce jour-même, où dix jour avant la dédicace la FNAC m'annonce que finalement il est trop tard pour avoir les livres car leur centrale ne voulait pas les commander, alors il faudrait que je vienne avec mon stock comme un auteur auto-éd sans Hachette... Tu parles d'une colaboration entre FNAC et Bookelis !!!
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.