Imprimés, brodés, sérigraphiés : Cyprienne Kemp, des livres vivants

La rédaction - 07.04.2017

Edition - Les maisons - Cyprienne Kemp - Obriart éditions - livres artiste


Tout commence peut-être à la médiathèque de Roubaix, au début des années 1990. Laurent Debut, poète, fondateur des éditions Brandes et professeur à l’École supérieure des Arts Appliqués y emmène ses élèves visiter une exposition consacrée au livre d’artiste.

 

'Morphoses' Extrait. texte brodé à la main au fils de soie sur papier fait main.

 

 

Parmi eux, Cyprienne Kemp. Curieuse et intéressée par cette forme d’art inédite pour elle, elle ne pense pas encore à la faire sienne. Trop loin, sans doute, de l’enseignement qu’elle reçoit alors. Puis la jeune femme part étudier la sculpture à Bruxelles, passe un CAP métaux précieux.

 

Elle entre ensuite aux Beaux-Arts de Tourcoing. Une autre exposition vient jalonner son parcours, au musée de Villeneuve-d’Ascq cette fois. Il s’agit de Robert Filliou, génie sans talent. Celui qui voyait ses œuvres comme « des pistes de décollage pour la pensée » aura une influence décisive sur l’artiste. Pour son diplôme de fin d’études, elle réalise un livre qui lui vaut les félicitations du jury.

 

C’est le début d’une pratique qui ne s’interrompra plus.

 

« Les dessins ont toujours quelque chose d’inabouti pour moi. Dans le livre d’artiste, ils sont dans un espace que j’ai choisi pour eux et qui leur correspond ». Si elle donne spontanément une définition du livre d’artiste, « un objet dans lequel le fond et la forme sont pensés en fonction du propos », elle s’en méfie immédiatement pour plaider en faveur de la liberté de création.

 

Car ce qui l’intéresse avant tout, c’est l’expérimentation. Dans son atelier, d’ailleurs, voisinent des livres très différents. Là Morphoses, un texte de Jacques Roubaud, Vers à soie, brodé au fil de soie sous une couverture en écorce de mûrier. Ici Promenons-nous dans les bois, un livre pop-up évoquant le petit chaperon rouge à ranger dans un étui en forme de panier.

 

Ou encore Compte avec les doigts, un livre à compter composé de clous gaufrés et de braille.

 

 

Uniques, multiples, imprimés, brodés, sérigraphiés, ces livres s’abordent autant avec le regard qu’avec l’ouïe ou le toucher. Ce qui importe, c’est de créer la surprise à partir d’une forme connue, d’amener le lecteur à se dire : « Je ne m’attendais pas à ça. »

 

cypriennekemp@gmail.com / Cyprienne Kemp

Obriart éditions

Clotilde Deparday

 

en partenariat avec le CRLL Nord Pas de Calais