Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Inde : Le retrait d'un livre sur les hindouistes inquiète les auteurs

Antoine Oury - 13.02.2014

Edition - International - censure - Wendy Doniger - The Hindus


La professeure Wendy Doniger a appris la nouvelle en même temps que le verdict d'un procès au long cours : son livre The Hindus : An Alternative History sera prochainement retiré des librairies indiennes. L'éditeur Penguin Books a perdu un procès contre des groupes hindouistes et nationalistes qui jugeaient que l'ouvrage publié en 2011 était de nature à heurter les croyances de millions d'hindouistes.

 


 

 

La professeure Doniger avait rapidement réagi, suite à cette nouvelle, en publiant une déclaration qui faisait office de réponse à toutes les demandes d'entretiens reçues entre-temps. Dans ce texte, elle déchargeait Penguin de toute responsabilité dans cette décision : « D'autres éditeurs ont pu retirer des livres de façon plus discrète, sans les efforts que Penguin a fournis pour sauver mon livre. »

 

À l'international, toutefois, les réactions sont plus nuancées... et énervées. Plusieurs auteurs ont ainsi exprimé toute leur crainte, et parfois leur dégoût, devant cette décision. Pour Arundhati Roy, auteure indienne lauréate du Booker Prize pour Le Dieu des Petits Riens, le retrait du livre est « choquant, effroyable, terrible et incroyablement inquiétant ».

 

L'auteure s'est fendue d'une lettre à son propre éditeur Penguin India, en prédisant que « bientôt, des militants se rassembleront devant vos bureaux en signe de protestation ». « Vous avez publié quelques-uns des plus grands auteurs de l'histoire », écrit-elle encore, « Vous les avez soutenus, comme un éditeur le doit, vous vous êtes battus pour la liberté d'expression contre les réactionnaires les plus violents et les plus aigris. Et là, sans fatwa, sans bannissement, sans même un jugement de la cour, vous vous êtes non seulement soumis, mais surtout humiliés de manière abjecte en signant un accord. »

 

Visiblement, un verdict de la cour avait été rendu, jugeant que le livre était effectivement hérétique, mais l'auteure suggère que Penguin aurait pu aller encore plus loin dans la procédure, plutôt que d'abdiquer prématurément, selon elle.

 

Neil Gaiman a apporté son soutien à l'auteure en publiant sur son blog ses propres observations sur le retrait. Il s'adresse aux détracteurs : « La solution à un livre que vous n'aimez pas, c'est d'expliquer pourquoi vous ne l'aimez pas, pointer ses faiblesses, écrire votre propre livre. » L'écrivain Hari Kunzru et l'historien britannique William Dalrymple ont également apporté leur soutien à l'auteure censurée.

 

Le PEN, organisation de défense des auteurs et de la liberté d'expression, a évidemment condamné la décision de l'éditeur, et le bâillon mis autour des auteurs par les autorités et les groupes de pression indiens. « Les éditeurs indiens font face à des vagues de menaces proférées par des procéduriers, des groupes de pression et des politiciens », explique la branche indienne de l'organisation.

 

D'après le PEN, The Beautiful and the Damned, de Siddhartha Deb, a été publié dans une version expurgée de son premier chapitre après une décision judiciaire, tandis que The Descent of Air India, de Jitender Bhargava, a été retiré de la circulation par Bloomsbury India. De la même manière, The Red Saree, consacrée à la vie de Sonia Gandhi, n'a pas été distribué en Inde, et l'auteur Tamal Bandyopadhyay est encore engagé dans une procédure judiciaire.

 

(via The Guardian)