Inde : numériser le patrimoine littéraire, ou lutter contre l'oubli

Clément Solym - 11.11.2014

Edition - Bibliothèques - numériser livres - Inde patrimoine culturel - livres numériques


La préservation du patrimoine culturel passera par la numérisation des fonds, et partout dans le monde, les acteurs choisissent d'ouvrir les portes de leurs bibliothèques, pour donner une nouvelle vie aux livres. Les établissements de Gandhinagar, ville bâtie dans les années 60, et capitale de l'État du Gujarat, s'apprêtent à mettre 70.000 titres sous les scanners. 

 

 Mahabat Maqbara, Junagadh, Gujarat

Aditi Das Patnaik, CC BY 2.0

 

 

La conversion a été approuvée par la direction des bibliothèques du Gujarat, et mettra donc ces livres à disposition des usagers, par l'intermédiaire d'une application Android, ou depuis la e -Library Sony.

Une approche d'autant plus intéressante que Google a annoncé la création d'une offre spécifique pour le marché indien, mi-septembre, avec le Android One, un smartphone low-cost, proposé à 6399 roupies nu, et d'autres partenariats avec Acer ASUS ou encore HTC et Lenovo sont prévus pour conquérir le marché. 

 

La numérisation devrait prendre deux à trois mois, et sera alimentée par les deux bibliothèques centrales, et un dépôt d'État. Le responsable du groupement d'établissements, Varsha Mehta, affirme chercher pour le moment le prestataire qui saura fournir le meilleur service pour ce travail. « L'agence devra d'abord numériser ces livres, et les convertir en format PDF ce qui désactive la copie non autorisée des textes en ligne », ajoute-t-elle auprès de One India. Touchante naïveté ? 

 

Dans tous les cas, c'est au ministère du Travail qu'a été confié le soin de présenter la feuille de route et les caractéristiques techniques de la numérisation. « Beaucoup de ces livres sont très rares et trop vieux. Après en avoir numérisé les pages, elles doivent être nettoyées, grâce à des outils numériques, pour enlever les taches, les points noirs, car les lecteurs pourraient trouver cela désagréable en le lisant en ligne », poursuit Mehta.

 

Pour accéder à ces trésors de mémoire, il suffira d'être inscrit à une des bibliothèques de l'État et cette démarche qui vise immédiatement la mobilité s'inscrit certainement dans un usage d'avenir. Dans le même temps, les usagers sont aussi invités à renouer indirectement avec les bibliothèques, tout en étant sensibilisé à un fonds patrimonial important.

 

« Les lecteurs auront la chance de lire bon nombre de livres rares, désormais, parce qu'ils seront disponibles sous une forme numérique, et que nous n'avons plus besoin de nous inquiéter de leur usure », conclut l'assistant de Varsha Mehta.