Information judiciaire ouverte contre Alain Minc, pour diffamation

Cécile Mazin - 01.08.2013

Edition - Justice - Alain Minc - diffamation - information judiciaire


Le parquet d'Épinal vient d'ouvrir une information judiciaire pour diffamation, dans l'affaire qui oppose l'assassin de René Bousquet à l'écrivain Alain Minc. Ce dernier n'a pas goûté que l'auteur le traite de « fou » dans la biographie publiée aux éditions Grasset. 

 

 

 

 

Dans L'homme aux deux visages. Jean Moulin, René Bousquet, itinéraires croisés, Alain Minc écrit en effet : « Christian Didier aurait-il été télécommandé ? Fadaises, à l'évidence. L'homme était fou. » L'AFP a appris du procureur de la République, Étienne Manteaux, qu'une plainte avait été reçue par le parquet, et qu'un juge d'instruction avait été saisi. 

 

La plainte fait état de ce qu'il avait été reconnu que Christian Didier, après « diverses expertises psychiatriques » était unanimement responsable de son acte. Après avoir assassiné René Bousquet de cinq balles en 1993, Christian Didier avait écopé de dix ans de prison.

 

En cas d'aboutissement de cette plainte, le tribunal correctionnel serait saisi pour diffamation, et dans ce cas, l'éditeur Grasset serait concerné au premier plan. Alain Minc, pour sa part, ne serait alors que complice dans cette histoire. 

 

Nous devrions avoir une réaction de l'éditeur plus tard dans la journée.