Insolite : un obus au collège pour illustrer le cours d'histoire

Clément Solym - 14.12.2008

Edition - Société - Verdun - collège - obus


L'histoire se déroule non loin de Verdun dans la « zone rouge », lieu où les affrontements furent particulièrement dévastateurs durant la guerre : fille d'agriculteur, une jeune collégienne a souhaité illustrer les cours d'histoire portant sur la Première Guerre mondiale, en apportant un obus à sa professeure. L'antiquité, un modèle de 7,7 cm, datant d'ailleurs de cette période, l'idée ne manquait pas d'à-propos...

Mais au collège d'Étain, dans la Meuse, on ne l'a pas entendu de cette oreille et les 330 élèves ont été, avec l'équipe pédagogique, priés de quitter les lieux dans le calme, certes, mais au plus vite. Quant à l'obus, il est resté sagement à attendre les démineurs, posé sur la table de la classe : selon les professionnels, il était potentiellement mortel sur un rayon de 1 km, du fait des billes de métal qu'il contenait.

À la gendarmerie, on a eu chaud, mais on ne s'étonne pas plus que ça. L'obus aurait été entassé non loin de la grange familiale, avec d'autres que les démineurs ont découverts. « C'est l'habitude des agriculteurs du coin. Les engins qu'ils trouvent quand ils labourent, ils les mettent au bout du champ », précise-t-on à la gendarmerie.

Les fouilles sont logiquement interdites dans cette région qui renferme probablement bien d'autres surprises : « Un gigantesque cimetière », commente le gendarme, auprès de Reuters.

Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.