Instauration de la T.V.A sur les livres en Irlande?

Clément Solym - 26.11.2010

Edition - Société - chômage - crise - Merkel


 L'Irlande économique est au fond du gouffre, oscillant entre crise monétaire, chômage, plans de relances et autres aides européennes. Les Irlandais tentent d'instaurer une rigueur économique digne d'Angela Merkel.

Jusqu'à maintenant, l'Irlande faisait figure d'exemple dans le monde littéraire, avec une TVA à 0 % sur les livres. Mais l'Irlande, terre d'écrivains comme Samuel Beckett, James Joyce, ou plus récemment Robert McLiam Wilson, risque de lever cette grâce d'impôts. Dure est la crise.

Comme en Grande Bretagne, la culture est un secteur qui souffre à chaque crise économique. Quand tout va mal, le britannique préfère manger que lire, on ne peut lui en vouloir. Le gouvernement irlandais a ainsi annoncé qu'il allait réformer le système de la T.V.A, particulièrement au niveau du livre.

Statue de Joyce à Dublin

Une bien mauvaise nouvelle selon les dires de Jean Harrington, président de Publishing Ireland : ce serait « malsain d'introduire la T.V.A pour les livres, particulièrement lorsque nous tentons de construire une économie du savoir ».

Harrington a aussi souligné l'impact négatif qu'aurait telle mesure sur l'accès aux livres, ainsi que les difficultés qu'auront les librairies à acheter des ouvrages. L'Irlande n'en reste d'ailleurs pas là, et projette d'augmenter la T.V.A sur les ebooks, à 21 % actuellement, jusqu'à 23 % en 2014. De mauvais augure pour la littérature de l'île.


Crédit Photo