Insurrection citoyenne, réponse à la numérisation du domaine public

Bourrion Daniel - 22.01.2013

Edition - Bibliothèques - numérisation - BnF - accords


Sur le blog RJ45, Daniel Bourrion s'est lancé dans une réflexion portant sur les accords de numérisation de la BnF, passés avec les sociétés ProQuest et Believe. Et ce, sous un titre éloquent : Le jour où les bisounours mordront les vautours. Alors que différentes associations et organisations dénoncent, au travers de ces accords, une privatisation des oeuvres du domaine public, le billet évoque une insurrection citoyenne, dans la lignée de la philosophie d'Aaron Swartz. 

 

 

 

 

Contexte #1

Un mouvement « souterrain » de privatisation des biens communs par des sociétés marchandes, mouvement dont une nouvelle manifestation vient de se produire avec la signature par la BNF d'un accord livrant une masse considérable de documents à des firmes privées très loin d'avoir des visées philanthropiques ;

 

Contexte #2
Le suicide d'Aaron Swartz, que je ne peux m'empêcher de lier au procès en cours contre lui à propos de l'affaire Jstor (même si évidemment, cela n'explique pas tout) ;

 

Conviction #1

Toutes les discussions du monde, les signatures de pétition, les tables rondes, n'arrêteront pas ces firmes ;

 

Conviction #2
Tant que les bibliothèques se comporteront comme des bisounours, les vautours les mangeront ;

 

Conviction #3
C'est le groupe qui fait la force (ou « on ne pourra pas amener tout le monde à mettre fin à ses jours » ou « tu ne peux pas arrêter les nuages avec un filet à papillons »)

 

Proposition
Il est temps pour nous de mettre en place une sorte d'équilibre de la terreur qui repose sur un principe simple : un certain nombre de bibliothécaires (nombre suffisant pour rendre toute poursuite trop compliquée/coûteuse) s'engage à libérer (i.e. diffuser sur le net, via torrent par exemple, ou tout autre moyen technique) tout document issu du domaine public qui aurait été privatisé et qui aurait été acquis par l'institution dans laquelle le bibliothécaire travaille ; et le cas échéant, ces bibliothécaires mettent cette menace à exécution collectivement.

 

Conséquence #1
Le marché devient de fait beaucoup moins intéressant pour ces firmes, qui savent qu'elles s'engagent sur un terrain miné sur lequel elles risquent d'avoir à se battre devant la justice, autour de questions sur lesquelles leur image sera ternie (et les vautours n'aiment pas ça, les vautours préfèrent passer pour de blanches colombes), et dans des procès qui finiront par leur coûter de l'argent, surtout s'il y a plusieurs « libérateurs » à poursuivre (les vautours n'aiment pas dépenser leur argent, les vautours sont des rapaces) ;

 

Conséquence #2
Le rapport de forces s'inverse, et on peut enfin arrêter de se faire allègrement plumer en pleurant en plus parce que les vautours sont vraiment trop trop méchants ;

 

Conséquence #3
On va un peu s'amuser, ça nous changera.

 

Cela vous plaît, comme idée, j'en suis certain. Non ?