Interdit en 1970, prix Médicis en 2018, Pierre Guyotat est décédé

Victor De Sepausy - 08.02.2020

Edition - Société - Pierre Guyotat - prix Médecis 2018


L’écrivain Pierre Guyotat est décédé à l’âge de 80 ans, ce 7 février, a indiqué la famille. Il avait fait scandale avec son roman Tombeau pour cinq cent mille soldats, et plus encore lors de la parution Eden, Eden, Eden. En 2018, il reçut le prix Médicis avec Idiotie (paru chez Grasset). 


 

Le ministre de la Culture, Franck Riester, indique dans un tweet : «Pierre Guyotat laisse une œuvre immense, sans concessions, lumineuse. Peu auront poussé aussi loin le travail sur la langue française et su comme lui exprimer, jusque dans la souffrance, la vie et la beauté des corps .»

Dans son ouvrage Eden, Eden, Eden, dont la préface fut tout de même cosignée par Michel Leiris, Roland Barthes et Philippe Sollers, l’écrivain évoquait des thèmes délicats : « Le grand désert, ses zones vivrières, pastorales, pétrolières, nucléaires, frontalières. La guerre, le viol de vivants et de morts, un crime passionnel, des incestes, la faim. » Le tout se déroulant durant la guerre d’indépendance de l’Algérie…

Son éditeur, Gallimard, détaille : « Un bordel de femmes pour les soldats, un bordel de garçons pour les ouvriers ; contigus et communicants : quelques heures d’une exaltation sexuelle sans précédent. Épouses, fiancées, sœurs, libres, installées sur les limites du territoire prostitutionnel, surveillent, commentent la perte, en des orifices stériles, du sperme reproducteur. »

Une mise en scène de la monstruosité qui avait été interdite à sa sortie d’affichage, de publicité et de vente aux mineurs par le ministère de l’Intérieur, en 1970. Un vent de soutien puissant s’était levé chez les intellectuels d’alors — l’interdiction ne sera cependant levée qu’en novembre 1981. 

Jack Lang, qui évoque son très cher ami, ajoute : « Cet orfèvre des lettres, véritable virtuose, poète possédé par les mots, était un artiste unique, déterminé et exigeant. »




Commentaires
Merci ActuaLitté pour votre style sans faille qui m'apprend qui était ce Monsieur... J'apprécie beaucoup votre finesse et votre esprit vu la monstruosité de la chose.
Il faut vraiment être un gandin perdu de snobisme et n'avoir jamais lu une ligne de Guyotat pour oser déclarer que son oeuvre, a fortiori sa prose, est "lumineuse". Ce ministre n'a évidemment jamais lu une ligne de Guyotat pour oser un éloge posthume aussi mal venu: l'écriture, ou mieux, les écritures de Guyotat sont brûlantes, aveuglantes, presque aussi difficiles à regarder en face que le soleil qui écorche vif les personnages et les paysages de "Tombeau pour cinq cent mille soldats" et plus encore "Eden Eden Eden"...
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.