International : Hachette distribuera Houghton Mifflin Harcourt

Clément Solym - 11.03.2013

Edition - Les maisons - Houghton Mifflin Harcourt - Hachette Book Group - distribution internationale


Les deux groupes d'édition, Hachette Book Group et Houghton Mifflin Harcourt, viennent de signaler par un communiqué de presse d'un rapprochement futur. À compter de cet automne, HBG se chargera des ventes de la facturation, du traitement des déclarations de crédits et des services de recouvrement pour HMH. Et ce, sur la plupart des marchés internationaux. 

 

 

 

 

Laurie Brown, vice-présidente des ventes et du marketing pour HMH explique : « Ce nouveau partenariat de distribution internationale entre HMH et HBG fournira de nombreuses solutions supplémentaires pour la vente de nos livres et de nos auteurs. »  En effet, si HMH gérera l'exécution des commandes, l'accord est passé pour les territoires d'Amérique latine, d'Aise, d'Europe, et exclut le Canada, le Royaume-Uni, l'Irlande, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et l'Inde.

 

« Nous sommes impatients de fournir un excellent service et un marketing et des ventes plus solides pour les consommateurs déjà existants et les futurs acheteurs », poursuit Brown. 

 

Chez HBG, Todd McGarity, vice-président des ventes et des services de distribution, ajoute : « Les marchés internationaux ont toujours été un domaine de croissance chez Hachette et nous sommes ravis d'être désormais en mesure de représenter le catalogue fantastique de HMH dès cet automne. »

 

Au terme de trente-deux longues journées, l'éditeur Houghton Mifflin Harcourt avait annoncé en juin 2012 qu'il sortait de la faillite déclarée. Les 3,1 milliards $ de dettes accumulées par l'entreprise trouvaient enfin une solution favorable : la cour de justice chargée de statuer sur son sort s'était prononcée favorablement, suite à l'annonce du plan de réorganisation.

 

Suite au dépôt de bilan du mois de mai, les créanciers ont annoncé qu'ils prenaient désormais le contrôle complet de la société, lui permettant de sortir de la faillite, mais également de recevoir 30,3 millions $ de cash.  « Nous nous sommes sortis de la dette, avec une diminution assez significative », assurait la PDG, Linda K. Zecher à Reuters.