Internet Archive ferme sa bibliothèque d'urgence, visée par une plainte des éditeurs

Antoine Oury - 11.06.2020

Edition - Société - Internet Archive - bibliotheque urgence - plainte editeurs internet archive


Le confinement d'une bonne partie de la population planétaire et la fermeture des bibliothèques avaient poussé la plateforme Internet Archive à mettre en place une « bibliothèque d'urgence ». Celle-ci permettait d'accéder à des millions d'ouvrages numérisés à partir des collections des établissements partenaires, dont certains sous droits d'auteur. Une initiative qui aura valu au site une plainte de la part de plusieurs éditeurs, et qui se termine prématurément.




La « bibliothèque d'urgence » de la plateforme Internet Archive fermera ses portes virtuelles le 16 juin prochain, plusieurs jours avant la date de fermeture initialement annoncée, le 30 juin. Cette décision s'explique par la plainte portée par 4 groupes d'édition, Hachette, Harpercollins, John Wiley et Penguin Random House, contre Internet Archive, le 1er juin 2020.

Dans cette plainte, déposée auprès d'une cour new-yorkaise, les éditeurs affirment qu'Internet Archive est « impliquée dans une vaste violation délibérée du droit d'auteur ». La bibliothèque d'urgence est particulièrement visée : elle permettait à n'importe quel internaute, pour peu qu'il s'inscrive sur la plateforme, d'accéder à des millions de livres numériques tirés des collections de bibliothèques partenaires d'Internet Archive.

Internet Archive assurait que les fichiers téléchargés ne pouvaient être lus que pendant une période de deux semaines et correspondaient à des œuvres disponibles dans les établissements de prêt désormais fermés. En somme, la plateforme appliquait le « prêt numérique contrôlé », une pratique déjà très contestée par les éditeurs et ayants droit.
 

Une remise en cause du concept de « bibliothèque »


Ce « prêt numérique contrôlé », concept défendu par Internet Archive et des associations de bibliothécaires, considère que les ouvrages présents physiquement dans les collections d'établissements de prêt peuvent être numérisés, mis en ligne et prêtés légalement à des usagers, tant que les modalités de prêt respectent celles des versions imprimées : un seul prêt à la fois, à un usager, limité dans le temps.

Internet Archive assure que sa « bibliothèque d'urgence » a rendu service à des « bibliothécaires, auteurs, parents, professeurs et étudiants » en rendant accessibles des ouvrages conservés dans les établissements fermés. Pour sa bibliothèque d'urgence, Internet Archive avait levé les restrictions concernant le prêt d'un seul exemplaire à la fois, ce qui a probablement motivé les éditeurs à porter plainte.

La plateforme renvoie désormais vers HathiTrust, une autre bibliothèque en ligne qui travaille avec des établissements de prêt et a mis en place de nouvelles modalités d'accès à certains documents sous droits numérisés.
 
« La plainte s'en prend au concept même d'une bibliothèque qui posséderait et prêterait des livres numériques, remettant en cause l'idée même de ce qu'est une bibliothèque dans un monde numérique. Ce procès contraste avec la réaction de certains éditeurs universitaires, qui ont initialement exprimé des préoccupations au sujet de la bibliothèque d'urgence, mais qui ont finalement décidé de travailler avec nous pour les personnes qui n'ont plus accès aux écoles et aux bibliothèques. Nous espérons qu'une coopération similaire sera possible, et que les éditeurs annuleront ce coûteux procès », souligne Internet Archive sur son blog.

Photographie : Internet Archive, via le blog


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.