Internet, chat vous épate, n'est-ce pas ?

Nicolas Gary - 11.12.2015

Edition - Les maisons - internet chats - engouement passion - lol catz


Qu’ils aient une tronche de six pieds de long, ou un chapeau de Père Noël rivé sur le crâne ; qu’ils soient désopilants, attendrissants, voire, suprêmement #cutenessoverload ; qu’ils paradent en vidéo, tentant un saut faramineux, avant de se ramasser lamentablement au sol... les chats sont devenus les maîtres d’internet. Si fait. Miaou fait, d’ailleurs.

 

 

 

Grumpy Cat, cette petite bête japonaise à la mâchoire déformée, qui donne l’impression de tirer la gueule en permanence, fut la première grande célébrité de la Toile. Puis vint le phénomène des lolcatz, ces photos de chats pris dans des flagrants délits de #cuteness absolue, ou d’expression de stupidité transcendantale... 

 

Bien entendu, l’édition a pris la température de ce courant, né du partage des réseaux sociaux, et de l’engouement des internautes pour tout ce qui leur permet de faire autre chose que travailler devant leur écran. De là à dire qu’internet et les matous étaient félins pour l’autre, il n’y aurait qu’un coussinet...

 

C’est dans ce contexte que les éditions Numeriklivres ont décidé de lancer une collection dédiée, Les chroniques de mon chat. Et comme il se doit, de lancer un appel à texte, pour recueillir des manuscrits – minimum 15.000 mots, dans les genres fiction, polar, romance, fantastique et érotisme. Ça pourra donc causer donc de minou, et c’est plutôt conseillé.

 

« Roi incontesté des réseaux sociaux, le chat, animal de compagnie par excellence, fascine depuis toujours. Sa première domestication est datée de 8 000 à 10 000 ans, au Néolithique, au Proche-Orient, époque au cours de laquelle l’Homme organise la culture des céréales et le stockage de ces dernières : le chat devient un auxiliaire précieux pour attaquer les rongeurs. 

 

Vénéré par les Égyptiens, diabolisé en Europe au Moyen Âge, il faudra attendre le XVIIIe siècle pour qu’il retrouve ses lettres de noblesse. Synonyme de chance, de richesse et de longévité en Asie, le chat a laissé son empreinte dans la culture populaire et artistique, notamment en littérature. »

 

Le volume 1 est déjà disponible, réunissant trois textes du domaine public, de Maupassant, Edgar Poe et Kipling, ainsi que des poèmes, des contes, et récits. Et ce, attendant que les auteurs s’emparent du sujet, pour le plus grand plaisir des réseaux. Plus d’informations, à cette adresse.

 

Et en accord avec la maison, les 10 premiers manuscrits envoyés recevront un GIF animé de l’éditeur qui adore les chats, nu, en train de s’étirer...