Internet : la vente de biens culturels souffrira cette année

Nicolas Gary - 21.11.2013

Edition - Economie - internet - vente en ligne - biens culturels


La Fédération de e-commerce et de vente à distance, FEVAD, indique que les chiffres de cette fin d'année seront particulièrement bons pour la vente en ligne. Tout d'abord, parce que, selon l'Observatoire des usages Internet présenté par Mediamétrie, le nombre d'internautes continue d'augmenter : ils sont 863.000 de plus que l'an passé, soit 32,7 millions d'internautes.

 

 

 Internet for sale

James Cridland, CC BY SA 2.0

 

 

Plus d'internautes, ce sont plus d'acheteurs potentiels, avec une forte évolution chez les plus de 65 ans, qui sont 44 % de plus que l'an passé. Les cyberacheteurs sont 76,4 % dans le pays et 61 % des internautes ont fait un achat en ligne au cours des trois derniers mois, contre 58,7 % en 2012.

 

Le top 3 des sites de vente en ligne sont 

  • Amazon, 30,2 %
  • CDiscount, 20,5 %
  • Fnac, 17,9 %

 

et pour le commerce en ligne sur mobile, Amazon garde la tête, suivi de SNCF, CDiscount et Fnac prend la 4e place. 

 

Pour la période de Noël, Bertrand Krug, Directeur du Département des Mesures d'efficacité Online chez Mediametrie//NetRatings souligne que « les internautes allouent une part de plus en plus importante de leur budget cadeaux à l'achat en ligne. En effet, ils prévoient de dépenser 60% de leur enveloppe en achetant en ligne contre 58% l'an dernier ». 

 

Pour 85 % des répondants, internet servira à préparer les achats, et 69 % les effectueront directement. Pour séduire, les sites de vente en ligne qui offrent la gratuité des frais de port sont privilégiés, pour 93 % des répondants (+2), mais la possibilité de récupérer ses achats en ligne, directement en magasin compte bien plus, 45 % contre 38 %.

 

En moyenne, le budget cadeau représentera 303 €, soit un recul de 7 %, mais pour le cyberachat le recul est de 3 % seulement, avec 193 €.  

 

Les difficultés du secteur culturel

 

Pour Noël, les internautes achèteront d'abord des livres en ligne pour 54% d'entre eux. De manière générale ils sont friands de produits culturels puisque 47% d'entre eux achèteront des CD ou DVD musicaux (soit 7 points de plus qu'il y a un an) et 44% des DVD ou Blu Ray. Autres achats de prédilection sur Internet les jeux ou jouets (48%) et les articles de mode (40%).

 

Néanmoins, GfK indique pour le secteur culturel, qui réalise 40 % de son chiffre d'affaires sur le dernier trimestre, 2013 sera difficile. A fin septembre, l'ensemble des marchés subit une forte baisse de chiffre d'affaires. Ainsi, le livre recule de -1,5%, les jeux vidéo de -10%, la vidéo de -15% et la musique de -2%. Les Français passeraient tout de même 5h32 à lire des livres par semaine. 

 

 

 

 

Sur le net, le marché du livre représente 54 % désormais, et le jeu vidéo 17 %. Les marchés du livre et des jeux vidéo représentent plus de 70% du chiffre d'affaires des biens culturels sur internet alors qu'ils ne représentaient que 30% il y a une dizaine d'années. Selon Claude Terrier, Chef de groupe chez GfK Consumer Choices, « le succès d'internet dans la vente de biens culturels s'articule toujours autour des 3 mêmes clefs de succès : un fonds de rayon très important, couplé à une offre large ainsi que des prix toujours plus compétitifs notamment sur les nouveautés. »

 

Que Hachette Livre se rassure : le lancement du nouveau Astérix et Obélix est considéré par les experts GfK comme très bon et devrait être un produit phare dans la hotte du père Noël. La littérature ne sera pas en reste puisqu'Au revoir là-haut de Pierre Lemaître, consacré par le prix Goncourt devrait voir mécaniquement ses ventes se démultiplier d'ici la fin de l'année.

 

Pour cette année, plus de 10 milliards € devraient être dépensés sur Internet, à l'occasion de Noël, et sur l'ensemble de l'année, la FEVAD table sur plus de 50 milliards €.