Internet, partage et gardiens : l'édition se réfléchit

Clément Solym - 17.04.2012

Edition - International - édition - table ronde - avenir


Le débat sentait gentiment la naphtaline, et ne se retrouvait plus que dans les pages Culture du Figaro. Après, c'est Jean d'Ormesson qui le dit : « Le Figaro, pour la littérature, c'est désastreux. » Pourtant, profitant de la Foire du livre de Londres, la question est revenue : les éditeurs vont-ils mourir ?

 

Une table ronde était constituée de divers acteurs, Wattpad, Lulu.com, Hachette et CourseSmart pour évoquer le sujet. Après tout, le paysage de l'édition a particulièrement évolué ces dernières années, et mieux vaut se remettre en question régulièrement, pour ne pas laisser filer le train. Elle a été précédée d'un petit sondage, montrant que le public était favorable à une mutation du secteur, à 88 %, contre 37 % qui la refusent. Restent alors les 88 % d'indécis, qui se demandent surtout ce que serait l'avenir. 

 

C'est que la nouvelle génération de lecteurs commencera avec ceux qui n'ont jamais connu l'encyclopédie Britannica, dont l'éditeur a cessé de commercialiser la version imprimée, pour des raisons de rentabilité. Et finalement, cette même génération découvrira l'encyclopédie au travers de Wikipedia, plus facilement accessible et plus simple d'utilisation. Avec le nécessaire accompagnement que cela implique. 

 

 

 

Mais pour Evan Schnittman qui occupera le poste de directeur marketing chez Hachette UK, la situation n'a rien de préoccupant : « Nous nous adaptons. » Surtout que ces dernières années, des librairies indépendantes aux chaînes, en passant par Google, Apple ou l'essor du Kindle, l'édition a dû faire face à des mutations particulièrement importantes. 

 

Pour Allen Lau, fondateur et PDG de Wattpad, l'affaire est faite : « Les nouveaux entrants gagnent toujours. Et il n'y aura pas d'exception pour l'industrie de l'édition. » Après tout, internet a tout simplifié, fluidifié, dans l'échange et le partage entre les personnes. « Pour la première fois au monde, tout un chacun peut partager ses histoires directement avec quelqu'un d'autre, n'importe où dans le monde. Pour ce qui est du rôle de gardien, il n'est plus nécessaire dans l'édition. Depuis le crowdsourcing, en passant par les réseaux sociaux, internet réalise tout ce travail désormais. »

 

Fionnuala Duggan, directrice générale internationale chez CourseSmart précise toutefois que c'est du côté de l'auto-édition que l'on découvre maintenant les talents, avec une véritable incidence sur le secteur. « Nous sommes dans un espace tempétueux d'innovation. C'est un moment glorieux pour l'édition. » Car depuis les temps de l'édition à compte d'auteur, et l'escroquerie organisée que cela représentait, la publication en impression à la demande, voire simplement au format numérique, permet de découvrir de multiples auteur(e)s.

 

Il était déjà bien évidemment que l'on n'ait surtout pas de réponse à la question initiale. Il paraît aujourd'hui encore plus clair que les différents secteurs ont du mal à se comprendre… (via Publishers Weekly)