iRex, définitivement fini pour le fabricant néerlandais

Clément Solym - 30.06.2010

Edition - Economie - irex - faillite - lecteur


La société néerlandaise iRex a hier été définitivement déclarée en faillite, alors que le constructeur avait bénéficié d'un délai de trois semaines depuis la première annonce de ses déconvenues financières.

Les retards dans le lancement du dernier modèle auront été la cause de l'actuelle galère dans laquelle la firme se trouve, entraînant des retards de paiements très problématiques.

Avec une dette de plus de 10 millions €, rien n'aura pu être négocié ni joué pour tenter de garder la tête hors de l'eau. Les actionnaires et la Deutsche Bank ont refusé de consentir à de nouveaux prêts pour aider la firme à poursuivre sa route.


Toute autre demande de crédit auprès des organismes aura également échoué.

Pour survivre à court terme, la société aurait eu besoin de 1,5 à 2 millions € de fonds supplémentaires.

Selon Martin Kemp, commissaire en charge du redressement de la société, plusieurs acteurs étrangers se seraient dits intéressés par le rachat de la structure. Cependant, personne ne s'est encore officiellement manifesté. « Je suis convaincu que l'entreprise va continuer. Rien n'est complètement perdu », assure-t-il.

Et toute la question est bien là : qui serait le repreneur intéressé par la firme, et surtout, à quel prix sera-t-elle rachetée ? Malgré la banqueroute, iRex a tout de même un beau réservoir de produits et d'innovations encore dans les cartons.

Tout cela alors que la Release Candidate pour les DR800S(G) et DR1000, en version 2.0 vient tout juste d'arriver.