Irlande : Dublin, capitale littéraire de Normal People

Clément Solym - 18.08.2020

Edition - International - Normal People série - Irlande littérature série - Dublin Trinity College


Ils habitent à Dublin, aux habitants célébrés par James Joyce, et voici un second point commun : ils adorent lire. La série Normal People, une histoire d’amour moderne, prend place en grande partie dans le Trinity College de la capitale irlandaise. Comble : elle est inspirée du livre éponyme de Sally Rooney, elle-même irlandaise, évidemment.


 

Annoncé en mai dernier, Normal People avait été acheté par le service de streaming Starzplay. Débarquée le 16 juillet dernier, la série avait déjà fait tomber des records en Angleterre, après sa diffusion sur BBC Three.

Au cœur de l’intrigue, Connell, joueur de football séduisant et Marianne, lycéenne réservée et solitaire. Tous deux ont pourtant une passion pour les livres — sans oublier que Triniy dispose des plus éminentes pièces du patrimoine littéraire irlandais. Et Samuel Beckett autant qu’Oscar Wilde y passèrent quelque temps de leurs études. 

Même la productrice, Catherine Magee, assure : « Trinity occupe vraiment une place importante dans cette série, c’est presque comme un personnage. »



Alors, histoire d’amour inattendue, certes, mais également hommage à l’Irlande, ses territoires et ses paysages. « C’était fantastique de mettre en scène un roman aussi incroyable dans mon pays natal », assurait Lenny Abrahamson, le réalisateur. « Et dans cet environnement que j’adore et que je connais si bien à la fois urbain et rural. »

Revisitant la ville, ce fut tout un parcours littéraire, à travers les pubs, par exemple. « Ici, Jonathan Swift est venu, ici, James Joyces, W.B. Yeats… C’était tout simplement incroyable », ajoute Daisy Edgar Jones, qui incarne Marianne à l’écran. 

Dublin, classée ville de littérature par l’UNESCO, ainsi alors parcourue par les deux étudiants, comme un parcours initiatique second. D’ailleurs, les différents lieux ont tous leur petite anecdote — et d’autres, après cinq mois de tournage. 

<

>




Évidemment, le cœur de l’intrigue tourne autour de cette éducation sentimentale entre les deux jeunes étudiants. Et c’est certainement tout le talent de la romancière ici qui parvient à s’adresser aux Millennials, sans nécessairement en reprendre les codes contemporains. Âgée de 28 ans, la romancière a été traduite (L’Olivier par Laetitia Devaux), pour son précédent ouvrage, Conversation entre amis. Là encore, l’Irlande artistique était au centre de tout — critiquant capitalisme, religion à travers Frances et Bobbi, amantes devenues amies. 

Cette fois, Normal People prend place dans une ville fictive, Carricklea, qui représente tout à la fois tout et rien. Rooney soulignait que le fossé socioéconomique entre ses personnages avait forgé leur relation. On les suivra ainsi jusqu’à la fin de l’université, et la découverte d’une sexualité complexe. 

L’ouvrage, paru en anglais en août 2018, n’est pas encore programmé en France. 


illustration : Bibliothèque du Trinity College, Dublin


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.