Islam et multiculturalisme vivement discutés en Allemagne

Clément Solym - 15.11.2010

Edition - Société - musulman - islam - immigration


La chancelière Angela Merkel a dernièrement fait une déclaration qui n'a pas manqué d'attirer l'attention. Estimant qu'en Allemagne, le multiculturalisme était mort, la chef d'État a quelque peu mis les pieds dans le plat. Et pas vraiment les petits dans les grands.

Tout cela parce que l'ancien acteur de la banque centrale d'Allemagne, Thilo Sarrazin a, depuis le mois d'août, mis le pays dans une situation assez inconfortable avec un livre critiquant ouvertement la politique d'immigration du pays. (notre actualitté)

À la sortie de son livre, on pouvait ainsi découvrir que, selon lui, la culture musulmane représentait une menace pour les sociétés européennes. Mieux (enfin, pire, d'après ses considérations), avait-il précisé à la presse : la culture musulmane allait faire des Européens des étrangers dans leur propre pays.

Niant que son ouvrage soit raciste ou d'extrême droite, Thilo Sarrazin a toutefois reconnu qu'il s'inquiétait de ce que son ouvrage pourrait inciter à ce genre d'idées. De fait, il y évoquait la nécessité pour le pays de mieux contrôler le flux d'émigrés, principalement turcs, parce que l'intégration n'était plus efficace ni possible par l'Allemagne.


Alors, le débat est revenu dans le pays, toujours à partir de ce livre. Si M. Sarrazin s'était félicité de ce que son bouquin attirait l'attention sur ces problématiques, les analystes considèrent qu'il n'aura probablement fait que faire empirer la situation. Un tiers des Allemands, depuis, penserait que leur pays est envahi par des étrangers et vient de trouver dans ce livre une justification de leurs craintes. (source)

Les chercheurs en sciences sociales tentent cependant de tempérer : il est plus important de parler l'allemand et d'être en contact avec des Allemands de longue date installés plutôt que de se sentir allemand, pour réaliser une intégration réussie.

Mais dans ces périodes financièrement troubles, ce type d'idées débarque souvent sur des mouvements plus vicieux. Et aujourd'hui Thilo Sarrazin n'a pas vraiment de regrets : « Le franc-parler, sur le bon sujet au bon moment, c'est l'un des éléments de succès. » Selon les dernières études démographiques du pays, on compte 82 millions d'habitants, et quatre millions de musulmans, rajoute-t-il. Une population qui serait majoritaire dans 80 ans, si rien ne se passe.