Israël cherche à expulser l'auteure Susan Abulhawa

Nicolas Gary - 02.11.2018

Edition - Justice - Susan Abulhawa Israël - expulsion auteure Israël - BDS politique partisans


Dans la nuit du 1er novembre, l’auteure américano-palestinienne Susan Abulhawa a été arrêtée à l’aéroport Ben Gourion, en Israël. Elle se rendait à un festival littéraire en Palestine. Après une période de détention, explique son avocat, les autorités ont tenté de l’expulser au motif qu’elle ne disposait pas de visa...


Susan Abulhawa
Aslan Media, CC BY ND NC 2.0
 

 

Susan Abulhawa a 48 ans : elle devrait intervenir au festival de littérature palestinienne qui se tient du 3 au 7 novembre, invitée par le British Council, sponsor de la manifestation. Mais outre son activité d’auteure, elle est également partisane de la campagne BDS, Boycott, Désinvestissement et Sanctions.

 

Ce groupe intervient régulièrement pour dénoncer le comportement d’Israël à l’égard des Palestiniens. Or, le pays a déclaré récemment qu’il interdirait à ses partisans d’entrer sur son territoire. Une proche de l’auteure, Linda Hanna a assuré que l’auteure n’avait pourtant pas été interrogée sur des questions politiques lorsqu’elle a été arrêtée.

 

BDS interdit de séjour en Israël
 

Au cours de l’été, Israël a procédé à l’expulsion de plusieurs militants BDS – comme Ariel Gold, de CodePink ou encore Katherine Franke, professeure de droit en Colombie et membre de Jewish Voice for Peace. 

 

Les autorités israéliennes avaient surtout en mémoire qu’elle avait été expulsée d’Israël et qu’elle aurait, pour y revenir, dû demander l’octroi d’un visa. Un point légal que l’écrivaine ignorait totalement, assure son amie. C’est pourtant en mars 2017 que le Parlement a adopté une législation très controversée interdisant littéralement aux membres de BDS de séjourner sur le sol israélien. 
 

Les auteurs refusent de plus en plus
de vendre leur livre en Israël

 

Elle devait comparaître devant le juge ce 2 novembre – avec une certaine clémence, toutefois, ayant appris que le festival dépendait en grande partie de sa présence. 
 

Expulsion actée, en attente de l'appel

 

Pour autant, le juge a décidé de son expulsion, sans autre forme de procès. Susans Abulhawa a fait appel de la décision, mais personne ne sait quand ce dernier sera entendu. Un avocat du British Council ainsi que l’ambassade des États-Unis se sont rapprochés des organisateurs de la manifestation, mais n’ont pas pu prendre attache avec elle. 
 

Israël : intellectuels et auteurs rugissent
contre la loi État-nation juif

 

Le problème vient également de ce que l’auteure est un best-seller parmi les plus importantes chez les écrivains arabes. Son livre Mornings in Jenin est devenu un succès mondial, traduit en 28 langues.
 

Les matins de Jenine : Comme son père, et comme le père de son père, Hassan vit de la culture des olives dans le petit village palestinien d'Ein Hod. Mais en 1948, lors du conflit qui suit la création de l'Etat d'Israël, Ein Hod est détruit et ses habitants conduits vers un camp de réfugiés. Pour Hassan, cet exil s'accompagne de la douleur de voir l'ancestral cycle familial brisé à jamais. Son jeune fils Ismaïl a été enlevé par des Israéliens qui lui cacheront ses origines. L'aîné, Youssef, grandira dans la haine des juifs, prêt à toutes les extrémités. Quant à Amal, sa fille, elle tentera sa chance aux Etats-Unis, inconsolable cependant d'avoir fui les siens. La guerre les a séparés. Elle seule pourra les réunir...


Le livre est paru chez Pocket en 2009, traduit par Michèle Valencia.  




Commentaires

Encore une bien triste nouvelle en provenance d'Israel. Un pays qui se présente comme la plus grande démocratie de la région et qui ne tolère pas la moindre dissidence ou critique. Il est vrai qu'à une époque où l'autre grande Démocratie a pu élire un D. Trump...On voit le résultat: la 'bête immonde' est de retour: xénophobie, racisme, expulsions, frontières fermées...Comme disait Henri Michaud: "lugubre et pas fini"!
C'est quand même étrange de voir encore des gens étonné par l'expulsion d'un anti de son territoire. Cela ne poserai de problème à personne s'il s'agissait de n'importe qu'elle autre nation. Si un anti-France était expulsé de France alors qu'il passe en France personne ne retrouverai rien à dire. Faire de telles exceptions pour un seul pays et un "seul" peuple ... C'est marrant tout de même.
Jamais été question de faire d'Israel une exception ou un cas unique. Je ne pense pas que la France aurait expulsé un écrivain--même très critique de sa politique ou de sa culture ou de son histoire. La Preuve: il n'y a pas pire ennemi et critique de la France qu'un fasco comme Bannon par exemple. Il n'a cependant eu aucune difficulté à venir se pavaner en France aux côtés de Marine Le Pen ou en Italie avec Salvini, deux populistes qui font tout pour saboter la construction d'une Europe démocratique et ouverte à la diversité de ses composantes ethniques, culturelles et religieuses. Il se passe la même chose aux États-Unis avec Trump qui pour maintenir sa base électorale met dans le même panier tous les hommes et les femmes en provenance des pays musulmans. Ce qui est impliqué, c'est que TOUS les musulmans sont des terroristes en puissance ou en acte. Ici aussi, on fait un amalgame extrêmement dangereux et qui ne fait qu'envenimer les choses. Last but not least: je sais que beaucoup d'Israeliens sont en profond désaccord avec la politique d'exclusion de Nataniahu. Ils savent l'importance des rencontres en face à face. Ils sont aussi capables de voir ce qui n'est pas conforme dans leur Constitution dans pas mal d'actions de leur gouvernement. C'est eux qui un jour feront d'Israel une démocratie vraiment conforme à ses principes et à sa Constitution. Ils reconnaissent qu'il y a des injustices à réparer et que c'est la seule voie pour la paix dans la région. Vous voyez, cher MacDonald, que vous n'avez pas affaire à quelqu'un qui critiquait TELLE prise de position du gouvernement Israelien pour tout ce qu'Israel est vraiment.
Intéressant. Donc vous n'êtes pas censé savoir que la France a interdit plusieurs personnes de son territoire en raison de leur discours de haine. De nombreuses personnes notamment et étrangement de confession musulmanes sont interdites en France, par exemple Al-Quardawi. Mais visiblement, parce que c'est un auteur, ce n'est pas acceptable. Evidement, un fermier, ça passe. Et bah. Pauvre France ... toujours dans le déni. Il y a un jour où tout rentrera effectivement en ordre ... en occident.

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.