Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Israël : la loi prix unique du livre devant la dissolution de la Knesset

Clément Solym - 17.10.2012

Edition - International - Knesset - prix unique du livre - Israël


À l'occasion d'une réunion des 120 membres de la Knesset, l'Assemblée israélienne, 100 d'entre eux ont décidé de voter favorablement pour la dissolution. Près de 12 heures de délibérations pour arriver à cette décision, pour laquelle seules 61 voix étaient nécessaires. On notera que toute la garde israélienne était venue pour prendre la parole. 

 

Knesset_1350

hoyasmeg, (CC BY 2.0)

 

 

Ainsi, non seulement le premier ministre Netanyahou, mais également le président Shimon Peres ont ouvert la séance avec des allocutions. Ont suivi le président Reuven Rivlin, ainsi que Shaul Mofaz, chef de l'opposition. Avec la dissolution, seront organisées des élections anticipées, prévues pour le 22 janvier 2013, rapporte l'AFP. 

 

La dissolution est venue de ce que Benyamin Netanyahou ne parvenait pas à faire adopter le budget 2013 avant la fin de l'année 2012. Plusieurs coupes dans les dépenses ministérielles étaient prévues, à la hauteure de 14 milliards de NIS. (via RTBF

 

Le premier ministre a posé clairement les enjeux de cette situation : « D'ici un peu moins d'une centaine de jours, les Israéliens sauront qui sera aux commandes pour relever les plus grands défis en matière de sécurité que nous ayons jamais connue depuis la fondation du pays, et pour affronter la pire crise financière que le monde ait traversée au cours des 80 dernières années. »

 

Or, on se souviendra que parmi les questions en cours à la Knesset, était discutée la loi sur le prix unique du livre, ainsi que pour le livre numérique. La loi fut adoptée en première lecture, le 25 juillet dernier, à 33 voix pour et 2 contre. « Cette proposition est de loin la plus aboutie, très inspirée – initiée à partir du modèle français – ceci est indiqué dans le texte de présentation ‘une loi à l'instar de celles qui existent dans nombre de pays européens, en particulier la France' », nous précisait quelques jours avant la lecture Roselyne Dery, attachée Livre à l'Institut français de Tel Aviv.

 

La décision de dissoudre l'assemblée n'a pas manqué d'impacter les travaux législatifs. Contactée par ActuaLitté, Roselyne Dery souligne que durant la deuxième commission parlementaire, les discussions se déroulaient « dans une atmosphère très positive en faveur de la loi qui est prête à être votée quand a été annoncée quelques heures plus tard la dissolution ».

 

Le texte, « limpide, juste et précis », précise-t-elle fait donc désormais face à un enjeu de taille, puisqu'il faut « tout tenter pour la faire voter sous ce gouvernement cela veut dire quelques jours... C'est un très grand défi ».