medias

Italie : des bibliothèques cruciales pour le développement de la lecture

Nicolas Gary - 11.12.2017

Edition - Bibliothèques - bibliothèques usagers Italie - fréquentation bibliothèques italiennes - visiteurs bibliothèque prêt


Plus de 8 millions d’Italiens ont fréquenté les bibliothèques du territoire — soit 15,1 % des personnes de plus de 6 ans. C’est ce que fait ressortir l’enquête ISTAT présentée ce 9 décembre dans le cadre de la manifestation Più libri più liberi, qui se déroule à Rome. Une croissance qui vient conforter l’édition italienne dans l’évolution que connaît le pays.


The library of the memories
Daniele, CC BY 2.0
 

 

Les données communiquées montrent une hausse de la fréquentation chez les 20-24 ans, avec l’année 2006 en point de repère. 

 

Les visiteurs principaux sont les 11-14 ans, à 41,5 % pour l’année 2015, contre 38,4 % en 2006, mais à partir de 25 ans, l’intérêt semble décroître. Bien entendu, sur l’ensemble des répondants, 17,2 % des femmes s’y rendent, principalement durant leur temps libre, à 40,1 %. Seuls 12,9 % des hommes pratiquent les bibliothèques. Sur place, 60,1 % empruntent des livres, 39,8 % lisent et étudient et 27,8 % collectent des informations. Chose intéressante, 8,5 % des sondés viennent y retrouver des amis – c’est particulièrement le cas pour les jeunes de 15-19 ans, à 15,7 %.

 

La consultation de la presse et des magazines diminue, représentant 9,8 % des gens, de même que pour les œuvres audiovisuelles, 9,3 %. 

 

Plus globalement, les gens se rendent en bibliothèques à 42 % pour étudier ou leur travail, et 39,2 % pour passer leur temps libre. Une certaine opposition existe : les hommes préféreraient les établissements de prêts scolaires, à 45,4 %, alors que les femmes optent pour les établissements publics pour leurs loisirs, à 40,1 %.

 

Les enfants de 6 à 10 ans les pratiquent essentiellement pour les loisirs : c’est à partir de 11 ans que les bibliothèques deviennent des lieux d’étude

 

Pour ce qui est de la fréquentation territoriale, le Nord-Est affiche le taux le plus élevé – 22,1 %, alors que, dans le Sud, on descend à 7,6 %. Le cas des îles est assez divers : 8 % des Siciliens pratiquent la bibliothèque, contre 18,1 % des Sardes. 

 

Une aide structurelle à toute l'édition italienne,
contre les prédateurs GAFA

 

Pour Ricardo Franco Levi, président de l’Associazione Italiana Editori, ces chiffres présentés particulièrement chez les jeunes « sont encourageants. Cependant, il reste nécessaire d’aider les bibliothèques en leur octroyant les ressources financières adéquates pour soutenir et encourager la lecture. Les écoles et les bibliothèques sont essentielles pour relancer la lecture. »

 

En 2017, une année d'espoirs pour l'industrie du livre en Italie
 

Rosa Maiello, présidente de l’Associazione Italiana Biblioteche, insiste par ailleurs sur la dimension communautaire qu’apportent les établissements de prêt. Mais cela « à condition qu’elles soient ouvertes, bénéficient des ressources et du professionnalisme nécessaires, et qu’elles répondent aux besoins du public ».

 

Et de conclure : « En Italie, il n’existe pas de loi nationale en faveur des bibliothèques qui pourrait être la référence pour une politique coordonnée d’investissements structurels. »




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.