En cette journée des droits des femmes, la manifestation milanaise Tempo di Libri fournit quelques informations sur les lectrices. Et le secteur de l’édition italien plus globalement. À ce jour, dévoile l’Observatoire de l’Associazione italiana editori, quatre auteurs sur dix sont des femmes. 

 

Horreur, fantasy, SF: Littérature de genres
ActuaLitté, CC BY SA 2.0 (photo d'illustration)

 

Présenté en ouverture de la foire Tempo di Libri, le rapport de l’Observatoire montre que 71 % des femmes sont des lectrices, contre 59 % des hommes – âgés de 14 à 75 ans. Les femmes lisent plus que les hommes, le constat est de toute manière toujours le même.

 

En outre, les femmes italiennes lisent en moyenne 8 livres (papier, ebook et audiobook) contre 6,9 pour les hommes. Elles préfèrent le papier, à 69 % contre 56 % des hommes, par rapport au livre numérique – 26 % de convaincues contre 29 % des hommes. Les livres audio, toutefois, n’intéressent que 10 % d’entre elles, contre 12 % des hommes. 

 

Pour 62 % des femmes, le papier reste donc le médium favori pour livre. 

 

Chez les 18 — 24 ans, 91 % des femmes lisent contre 81 % des hommes. La différence semblerait se creuser plutôt avec l’âge. Ainsi, les 45 — 54 ans basculent fortement : 84 % des femmes lisent contre 97 % des hommes. Et chez les 65-74 ans, on passe à 44 % contre 25 %.

 

En somme, les hommes lisent peu, sur l’ensemble de leur vie, à l’exception de la période entre 15 et 17 ans : à ces âges, ils sont 87 % à bouquiner, quand les adolescentes ne sont que 85 %. 

 

Mais, question terriblement sulfureuse : où les Italiennes se procurent-elles leurs livres ? À 75 %, elles choisissent les librairies. Contre... 77 % chez les hommes. Pour autant, la vente en ligne n’intéresse que 28 % d’entre elles contre 31 % des hommes. Et si la fourmi n’est pas prêteuse, la lectrice italienne, elle, l’est bien plus : 46 % prêtent ou donnent, contre 39 % des hommes. 
 

France : Quelle égalité entre femmes et hommes
dans le secteur du livre ?

 

De l’autre côté des pages, là où les livres s’écrivent, le pourcentage d’auteures italiennes augmente : l’an passé, elles étaient 4 sur 10 – précisément 38,3 %, contre 29,7 % en 2005. De la même manière dans les postes de direction au sein des maisons, les femmes représentent 22,3 % des fonctions managériales, contre 16,6 % en 2010. 

 

« Le nombre de femmes qui occupent des rôles importants dans le monde de l’édition et dans les postes de management, est supérieur à la moyenne nationale, qui reste modeste, avec 4 % », note avec plaisir le président de l’AIE, Ricardo Franco Levi. 

 

Au cours des années 80, rappelle-t-il, l’édition s’est largement féminisée – un reflet de la société, où les femmes sont entrées à l’université et ont pu suivre des cursus plus poussés. Et surtout, alors que le pays valorise plus que jamais l’innovation comme porte d’accès à l’étranger, « le fait que la lecture soit “femme” est une donnée qui apporte de l’espoir. Et devrait faire réfléchir nos collègues masculins ».

 


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.