Italie : le livre brûle les mains, avec un marché en fort recul

Nicolas Gary - 08.05.2014

Edition - International - marché du livre - Foire de Turin - Italie


Si en 2013, les Italiens ont acheté plusieurs millions de livres, c'est malgré tout un recul de 6,2 % que constate le marché et qui plombe l'ambiance de la Foire du livre de Turin, ouverte ce 8 mai. L'Associazione italiana degli editori (AIE) annonce un recul de 2,3 millions d'ouvrages non achetés, alors que dans le même temps, la croissance du livre numérique se poursuit, avec des parts estimées entre 2,7 et 3 % du chiffre d'affaires global.

 

 

La torre di Babele

pandemia, CC BY 2.0, sur Flickr

 

 

Les chiffres sont présentés par l'Institut Nielsen, dans l'étude L'Italia dei Libri 2011-2013, il rapporto sull'acquisto e la lettura di libri in Italia. Pour l'année passée, le marché accuse en effet un recul de 6,2 % en valeur et 2,3 % sur le nombre de titres, ce qui amène les professionnels à parler d'une véritable crise. 

 

Parmi les solutions évoquées dans l'étude, qui présente une enquête, l'intégration de commerce de bouche au sein des établissements de vente représente une des nouvelles formules. Une approche importante pour renouer avec des clients « qui ont intégré les librairies physiques et les magasins en ligne, la lecture de livres avec la bascule d'ebooks ».

 

Dans le même temps, l'AIE tente de rassurer : « La chaîne du livre s'est renouvelée dans ses produits, et internationalisée », promet-on. De même, les nouvelles solutions marchandes apportées par le livre numérique, et les outils de promotion, représenteraient des solutions d'avenir. 

 

Le problème reste que, depuis 2011, les compteurs sont dans le rouge, et la tendance est négative pour la troisième année consécutive. Le catalogue italien des titres commercialisés se monte à 806.497 ouvrages (+10,3 %), bien que le nombre d'ouvrages publiés en une année soit en recul de 4 %, avec 63.761 livres. Le catalogue numérique, pour sa part, se chiffre à 95.130 exemplaires. Le marché total se chiffre à 1,235 milliard €. 

 

 

 

La Foire de Turin a connu l'an passé 239.860 visiteurs en cinq jours, soit une croissance de 10 % par rapport à 2009, et principalement au travers d'un public féminin, en hausse de + 5%, âgé de 38 ans en moyenne. Une étude commandée par la Chambre de commerce de la ville montre que l'impact commercial de l'événement est particulièrement important, avec un solide retour sur investissement. Cette année, c'est le Vatican qui est le pays invité d'honneur, en attendant l'Allemagne, l'année prochaine.

 

L'ensemble de l'étude de Nielsen sera présenté ce 9 mai, au cours de la Foire.