Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Italie : une bibliothèque d'oeuvres datant de la Renaissance incendiée

Victor De Sepausy - 21.08.2017

Edition - International - incendie italie bibliothèque - incendio cosenza livres - Renaissance morts appartement


Un incendie survenu la semaine passée, dans le sud de l’Italie, a causé la mort de trois personnes, et entraîné la destruction de livres datant de la Renaissance. Une perte inestimable, qui laisse le propriétaire Roberto Bilotti, collectionneur bien connu, particulièrement accablé. 



capture d'écran
 

 

Ce 19 août, dans le centre historique de Cosenza, un incendie s’est déclenché dans un appartement, détruisant des œuvres anciennes qualifiées d’inestimables. On parle d’ouvrages du philosophe Bernardino Telesio, ainsi que de lettres signées par Galileo Galilei. Leur propriétaire, Roberto Bilotti, enrage : depuis des semaines, il avait signalé aux autorités que les personnes vivant dans l’appartement qui a pris feu posaient de véritables risques. Trois malvoyants, handicapés mentaux, logeaient en effet dans l’endroit qui a été la proie des flammes. 

 

« J’avais dénoncé la situation absurde avec ces voisins, au ministère public, depuis huit ans. Ces personnes avaient occupé illégalement cet espace : au cours d’un hiver, il avaient même allumé un feu pour se réchauffer. Ils avaient besoin d’aide, mais personne ne s’occupait d’eux », déplore Roberto Bilotti.

 

Parmi les ouvrages de la bibliothèque qui a été emportée, la première édition imprimée du travail de Telesio, De rerum natura iuxta propria principia. Ses travaux, salués par Francis Bacon, mettaient en doute l’obscurantisme médiéval, et replaçaient la philosophie aristotélicienne au cœur des réflexions. C’est par ailleurs cette approche qui a conduit à sa mort en 1588 — après que l’Église catholique a mis à l’index ses écrits. 

 

Il avait échappé à la persécution de peu, du fait de ses nombreuses relations avec un grand nombre de clercs. Telesio exerça par la suite une grande influence sur Giordano Bruno, Thomas Hobbes et René Descartes.

 

Les trois personnes emportées par l’incendie ont été par la suite identifiées nettement : Serafina Speranza, 51 ans, Antonio Noce, 54 ans, et Roberto Golia, 34 ans. Une tragédie humaine, de toute évidence, pour laquelle la mairie de la ville a diligenté une enquête. En revanche, plusieurs observateurs relativisent les pertes provoquées par l’incendie de la bibliothèque : le livre de Telesio était effectivement un objet précieux, mais pas un exemplaire unique. 

 

Et à juste titre, certains observent que la mort de trois personnes en comparaison de la disparition d’un livre, n’est pas vraiment comparable. Il aura fallu plus de cinq heures aux pompiers pour maîtriser la situation.

 

 

 

 

 

via La Repubblica, Il Matino