Italie : une famille sur 10 ne possède pas un seul livre

Nicolas Gary - 04.12.2019

Edition - International - Italie loi lecture - statistiques livre lecture - libraires éditeurs lecteurs


En 2018, une famille italienne sur 10 ne disposait pas d’un seul livre dans son foyer — une constante depuis près de 20 ans désormais. Les chiffres livrés par Istat, institut de statistiques, montrent des résultats passablement inquiétants. Surtout que même dans les foyers où l’on retrouve des livres, les usages n’ont pas vraiment évolué.

Giunti al Punto librairie
chaîne de libriairies Giunti - ActuaLitté, CC BY SA 2.0
 

Chez 31 % des familles italiennes, la bibliothèque n’excède pas 25 ouvrages, et 64 % en possèdent une centaine au maximum. Ces dernières données présentées dans le rapport annuel de l’Istat sur l’édition et la lecture restent certes constantes, mais s’oublieraient presque. En 20 ans, les éléments n’ont quasiment pas évolué, et les professionnels continuent de pester contre un État qui n’avance pas sur ces questions.
 

Hommes, femmes : inégaux devant le livre


Fait d’autant plus spectaculaire, qui place le livre comme objet de décoration : parmi les personnes qui affirment avoir plus de 400 ouvrages chez elles, elles sont 23,1 % à affirmer ne pas en avoir pas ouvert un seul. Et l’écart entre les hommes et les femmes continue de se creuser. L'an passé, on compte 46,2 % de lectrices et 34,7 % de lecteurs — bien que sur une période plus large de 20 ans on se rende compte d’une évolution. En 1998, 39,3 % des femmes lisaient, contre 33,7 % des hommes. 

Les jeunes de 15-17 ans restent la force vive, avec 54,6 % de lecteurs au global, contre 47,1 % en 2016. Mais là encore, les filles de 11 à 19 ans sont 60 % à avoir lu plus d’un livre. 

Pour Paolo Ambrosini, président de l’Associazione Librai Italiani, ces informations devraient motiver les parlementaires à adopter la loi sur la lecture, pourtant approuvée en juillet dernier. Mais un blocage au Sénat et des stratégies politiques à l’œuvre ont pris la législation en otage. « Pourtant, le pays doit de toute urgence se doter d’une vision et d’outils pour une politique de soutien au livre et à la lecture », souligne-t-il.

La législation porte sur plusieurs axes : d’abord, l’instauration d’un prix unique du livre, avec des conditions de remises bien plus strictement encadrées qu’aujourd’hui — 5 % contre 15 % actuellement. Elle met également en place une enveloppe de 500.000 € pour la création d’un prix littéraire décerné annuellement. 
 

Soutenir les artisans de la lecture


Elle porte enfin sur la création d’une carte pour l’achat de livres, adressée aux familles les plus défavorisées, introduit l’allocation d’un fonds pour la formation de bibliothécaires scolaires. Et pour la librairie, c’est la mise en place d’un label de qualité pour les librairies, et une hausse du crédit d’impôt en leur faveur. Une mesure complétant celle déjà prise en 2017, à la hauteur de 4 millions €.

Ambrosini enfonce le clou : les chiffres de Pisa Ocse, autre organisme de statistique, « présentent la photo d'un pays incapable de comprendre un texte écrit et des librairies italiennes qui doivent se soumettre à la dure réalité d’un marché qui, par décision du législateur, récompense une stratégie de rabais accordée à la politique de diffusion du livre ».

La loi divise également au sein de l’interprofession : si les éditeurs et libraires indépendants y sont amplement favorables, les groupes éditoriaux, représentés par l’Associazione italiana editori — qui possèdent souvent leurs propres chaînes de librairies — ne l’apprécient guère. Pour l’AIE, la loi ferait perdre de l’argent aux ménages italiens, sans apporter le souffle attendu en faveur de la lecture. 

Sauf qu’entre 2011 et 2016, 2038 librairies et papeteries ont fermé, entraînant la disparition de plus de 4000 emplois. Et pour la seule année 2016, plus de 13 millions d’Italiens se retrouvaient sans librairie dans leur propre ville, selon les données de l’Istat.

L'étude est à consulter / télécharger ci-dessous : 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.