medias

Italie : Une star du X fait chanter les amants cités dans son livre

Clément Solym - 26.12.2012

Edition - International - chantage et extorsion - star du porno - Italie


Sonia Faccio est sicilienne, et son parcours dans le cinéma pour adultes, sous le nom de Lea Di Leo, s'est accompagné d'une carrière de call-girl. Deux expériences qui ont donné lieu à un livre. Ouvrage dans lequel la belle raconte toutes ses aventures sexuelles, en citant des noms... de footballeurs, d'acteurs et de politiciens. Mais le commerce du livre n'est pas rentable : celui du chantage, bien plus en revanche...

 

 

Lea di Leo

 

 

C'est ainsi, qu'en publiant et énumérant ses ébats et ses amants, Lea di Leo, diva du sexe en ligne et du chat coquin, l'éditeur sicilien Imart s'est pris d'affection pour le livre et le récit de ces galipettes. 

 

Sauf qu'il avait accompagné la promotion d'un processus d'extorsion et de chantage : toutes les grandes personnalités qui étaient citées dans le livre recevaient un petit coup de fil, pour leur réclamer entre 20 et 40.000 €. En cas de refus, leur nom serait maintenu ; s'ils payaient, tout serait oublié, effacé, et on mettrait un petit x pour qui avait connu les bras de l'actrice X.

 

En janvier prochain, ils seront près d'une trentaine de personnalités du divertissement, de la politique et du sport, à être appelés à témoigner dans cette affaire. C'est que la petite Sonia n'y va pas de main morte. « Les sportifs sont les meilleurs au lit, peut-être parce qu'ils s'entraînent beaucoup. Mais parmi mes clients, j'ai eu un évêque avec un grand crucifix autour du cou. »

 

Sonia se défend d'avoir été au courant de cet affreux chantage : un certain Matteo Branciamore, acteur de téléfilm a décidé de redresser la tête, et d'affronter la prostituée, ou plutôt, le maître chanteur qui était derrière son ouvrage. Il a donc porté plainte, demandant que la publication du livre, prévue pour janvier, soit interdite et que l'on fasse condamner la maison d'édition. 

 

Bien vu, parce que dans les noms des clients de Sonia, on retrouve celui d'un sénateur, Mario Baldassari, également ancien ministre de l'Economie. La presse italienne ne cesse de faire de cette histoire des gorges chaudes, et depuis la fin du mois dernier, les révélations tombent, les unes à la suite des autres... (via Gossip Fanpage)