J.K. Rowling versera les droits de L'Appel du Coucou aux militaires

Antoine Oury - 31.07.2013

Edition - International - J.K. Rowling - dons droits d'auteur - Soldier's Charity


L'Appel du Coucou n'est pas l'appât du gain : l'auteure britannique J.K. Rowling, mondialement connue pour Harry Potter, et pour son pseudonyme de Robert Galbraith utilisé pour signer le polar, fera don de l'intégralité de ses droits d'auteur, sur une période de 3 ans, à la Soldier's Charity. Comme son nom l'indique, l'association caritative vient en aide aux familles des vétérans et des militaires blessés ou tués au combat.

 

 

100405_EasterEggRoll_683

Daniel Ogren, CC BY 2.0

 


À ceux qui pourrait s'interroger sur la raison pour laquelle l'auteure britannique n'a pas fait don de ses gains aux victimes des guerres dans le monde, la romancière fournit quelques explications : « Cette donation est faite à l'encontre de la Soldier's Charity en guise de remerciements pour les militaires qui m'ont aidé dans mes recherches, mais aussi parce qu'écrire l'histoire d'un héros vétéran de guerre m'a permis de comprendre un peu mieux le rôle de cette organisation pour les familles et les démobilisés, et à quel point elle avait besoin d'être soutenue. »

 

En effet, Cormoran Strike, le détective privé qui mène l'enquête dans L'Appel du Coucou, est un vétéran de guerre, et Rowling semble avoir réussi à en rendre une image crédible, puisque le polar avait été salué par la critique - avant, évidemment, que l'on apprenne que la plume était en fait tenue par l'auteure de Harry Potter. Une reconnaissance de la part de la romancière, donc, d'autant plus que les militaires avaient su garder le silence sur sa véritable identité - habitués aux secrets d'État, en même temps.

 

D'ailleurs, le cabinet Russels, d'où la fuite sur le véritable auteur de L'Appel du Coucou est venue, s'est également engagé à faire un don à l'organisation. Un rapide procès a eu lieu ces derniers jours, au cours duquel la firme a présenté ses excuses à l'auteur, tout en la dédommageant financièrement pour les préjudices subis : non seulement la perte d'une tranquillité bienvenue, pour la romancière, mais également des rumeurs persistantes et diffamatoires à son encontre, selon lesquelles la révélation de son identité aurait été orchestrée par elle-même, son agent, et sa maison d'édition.

 

Le major-général Martin Rutledge, également directeur exécutif de Soldier's Charity, s'est évidemment réjoui de ce don inattendu, même si Rowling l'avait prévu dès le bouclage de son roman - avec un montant moindre, le polar n'étant pas destiné aux classements des best-sellers, à l'origine. « Ce don va faire la différence dans les vies de milliers de soldats, d'anciens soldats et leurs familles qui sont vraiment dans le besoin », a-t-il souligné. 

 

Le montant des dons n'a pas été dévoilé.

 

(via The Bookseller)