Jacques Chancel, "l'ambition d'offrir à tous ce qu'il y a de mieux"

Nicolas Gary - 23.12.2014

Edition - Société - Jacques Chancel - radio télévision - hommage décès


La mort de Jacques Chancel a fort logiquement entraîné un grand nombre d'hommages, rendus dans le monde culturel. Cet homme de radio et de télévision a grandement apporté aux deux médias, et la Scam l'avait à ce titre récompensé pour l'ensemble de son œuvre sonore en 2012. 

 

Jacques Chancel - ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

Originaire des Hautes-Pyrénées, l'écrivain et journaliste Jacques Chancel s'est éteint à Paris le 23 décembre 2014. Né en 1926, il se fit connaître du grand public tout d'abord à la radio en animant pendant vingt-deux ans l'émission quotidienne Radioscopie sur France Inter. Ensuite, c'est à la télévision qu'il se fit un nom, en dirigeant Le Grand Echiquier sur Antenne 2.

 

Fils d'un simple menuisier, Jacques Chancel commença sa carrière comme correspondant de guerre en Indochine à dix-sept ans. Admirable promoteur de la culture, aussi bien à la radio qu'à la télévision, il dirigea la collection « Idée fixe » aux Editions Julliard.

 

Fleur Pellerin saluera le décès de l'homme de médias qui « incarnait une télévision exigeante, qui avait « pour ambition d'offrir à tous ce qu'il y a de mieux », survenu ce 23 décembre, à l'âge de 86 ans. Journaliste, écrivain, et homme sachant défendre une certaine idée de ce que devait être la culture, tout en parvenant à la défendre et la rendre accessible, Jacques Chancel fut, durant très longtemps, une fois de la radio. Reconnaissable sans peine, il savait manier ironie et silences, de ceux que l'on qualifia de « plus beaux silences de la radio ».

 

Ses entretiens avec des personnalités conduits dans l'émission Radioscopie ont fait l'objet d'une publication progressive aux éditions Robert Laffont dès 1970. On y retrouve ses échanges avec Brigitte Bardot, Jacques Monod, Chagall, Arthur Rubinstein, Siné, Roland Barthes, ou encore Jacques Attali et Maurice Genevoix.

 

A travers les 6867 numéros de Radioscopie, c'est un véritable aperçu du monde culturel français qui se laisse découvrir au fil des ans. Quand il accède à la télévision, avec la création du Grand Echiquier, Jacques Chancel reste épris d'ambitions culturelles, assurant vouloir « donner aux téléspectateurs non pas ce qu'ils aiment, mais ce qu'ils pourraient aimer ». Le contraire, en somme, de la pratique actuelle des productions de télévision…

 

Parmi les émissions qu'il proposa, toutes furent saluées comme de véritables démonstrations de ce que pouvait être le service public, L'Invité du dimanche, Le Grand Amphi, 27 avenue Montaigne, Ligne de mire et bien sûr Radioscopie et Le Grand ÉchiquierLa Scam assure qu'il parvenait à s'adresser « avec respect et intelligence aux auditeurs et aux téléspectateurs ». 

 

L'homme qui préférait les entretiens aux interviews, a reçu de grandes figures des lettres françaises, et du monde culturel, tels que Marguerite Yourcenar, Albert Cohen, Marc Chagall, Jean-Paul Sartre, Pierre Mendès-France, le Professeur Jean Bernard ou encore Georges Marchais. Il est vrai que les « radioscopies », ces conversations intimes, ont porté à la connaissance des auditeurs de France inter des tranches de vies personnelles de ces figures. 

 

 

 

 

 

Quant à la littérature, lui-même la pratiquait à la maison Julliard, pour laquelle il officiait comme directeur de collection, mais également au travers de la revue Les écrits de l'image, qu'il avait fondée. « Il disait avoir toujours essayé d'offrir au public non ce qu'il aimait, mais ce qu'il pourrait aimer. Il y sera parvenu avec un rare bonheur », rappelle Fleur Pellerin.

 

« Sa carrière et son exigence doivent pouvoir utilement inspirer ceux qui sont aujourd'hui responsables des chaînes publiques. C'est le plus bel hommage à lui rendre que de penser le présent de l'audiovisuel à l'aune de la trace qu'il nous laisse », assure la Scam. 

 

France 3 a d'ores et déjà annoncé que le 24 décembre serait rediffusée l'émission Grand échiquier, où Chancel avait accueilli le chef d'orchestre Lorin Maazel. France 2, pour sa part, diffusera une émission spéciale ce 23 décembre, et France 5 donnera un documentaire, Empreintes, Jacques Chancel, autoportrait (Des autres). 

 

Les éditions J'ai lu doivent publier La nuit attendra, un ouvrage sorti en grand format en novembre 2013, où il retraçait son itinéraire dans les désordres de l'Indochine. Jaques Chancel avait fait paraître le mois dernier Pourquoi Partir ? chez Flammarion, une autobiographie toute particulière en cet instant.

 

Je reviens à la source, je retrouve tous mes sentiers d'évasion, les Pyrénées me reprennent tout entier, collines, montagnes, amitiés confondues. 

L'âge est venu et mon appétit redouble, je ne vois que des soleils jusque dans les jours les plus sombres, je ne sais toujours pas d'où me vient cette résistance à l'ennui, ce bonheur de vivre, cette irrésistible envie de rester auprès de tous les miens. Pourquoi partir en effet? Le journal intime de Jacques Chancel des années 2011-2014 nous propose, sur le ton de la confidence, de revenir sur les grands et les petits événements qui agitent notre monde. Comme toujours, il est question de politique, de sport, de littérature, de musique, de voyages... Et, plus que jamais, de la vie, de la mort, et de demain.

 

Retrouver Pourquoi partir, en librairie