Jake Adelstein de retour chez Marchialy, pour une poignée de bitcoins

Antoine Oury - 20.12.2018

Edition - Les maisons - Jake Adelstein livres - Jake Adelstein Marchialy - Jake Adelstein bitcoins


Le plus japonais des journalistes américains, Jake Adelstein, verra un autre de ses livres traduit et publié par la maison d'édition Marchialy. J’ai vendu mon âme en bitcoins, comme son titre l'indique, traite de cette nouvelle cryptomonnaie aussi prometteuse qu'obscure. Le livre est publié en première mondiale chez Marchialy, annonce la maison.
 


Jake Adelstein a signé chez Marchialy deux titres à succès : Tokyo Vice (2016) et Le Dernier des Yakuzas (2017), tous deux traduits par Cyril Gay et aujourd'hui disponibles en poche aux éditions Points. 

Adelstein est le premier journaliste étranger à avoir intégré, en 1993, la rédaction du plus grand quotidien japonais, le Yomiuri Shinbun. Pendant plus de dix ans, ce journaliste américain couvre le trafic d’êtres humains et la corruption. À la suite de son enquête sur les yakuzas, sa famille est rapatriée aux États-Unis sous protection du FBI. Jake Adelstein fera le choix de ne jamais quitter le Japon. Il travaille également pour The Daily Beast, The Japan Times et Vice News.

J'ai vendu mon âme en bitcoins sera à nouveau traduit par Cyril Gay, et la présentation de l'éditeur est la suivante :

En 2014, Jake Adelstein découvre les bitcoins en même temps que l’effondrement de Mt. Gox, la plus grande plateforme d’échange de bitcoins au monde basée à Tokyo. Celle-ci vient d’annoncer la disparition de 850 000 bitcoins, soit l’équivalent de 500 millions de dollars, évaporés. Contre toute attente, c’est son créateur et dirigeant qui est le principal suspect de la police japonaise : Mark Karpelès, un jeune français qui n’a pas encore trente ans, prodige de l’informatique expatrié à Tokyo. Mark devient alors le centre de la plus grande affaire criminelle de l’ère numérique. Tout le monde veut sa peau : la police japonaise, le FBI et les milliers de particuliers qui ont perdu leurs économies dans ce braquage d’un nouveau genre. 

Au cours de son enquête, Jake Adelstein croise le chemin de pionniers qui veulent révolutionner le monde en lui offrant un nouveau système économique libre : celui de la cryptomonnaie. Il plonge le lecteur dans l’une des plus grandes capitales de la planète, Tokyo, où se retrouvent idéalistes, geeks, libertariens, profiteurs et spéculateurs. Il tente de répondre aux deux questions qui obsèdent tous les protagonistes de l’affaire : Qui a fait le coup ? Et où sont passés les bitcoins ?


[à paraître le 07/03/2019] Jake Adelstein - J'ai vendu mon âme en bitcoins - traduit par Cyril Gay - Marchialy - 21 €


Dossier : Rentrée d'hiver 2019 : une nouvelle année littéraire lancée


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.

Pour approfondir

Editeur : Points
Genre :
Total pages : 976
Traducteur :
ISBN : 9782757874769

Tokyo vice ; le dernier des yakuzas

de Jake Adelstein(Auteur)

J'achète ce livre grand format à 16.40 €