James Herbert, Stephen King et les fantômes

Clément Solym - 04.09.2012

Edition - International - James Herbert - Stephen King - fantôme


Voilà plusieurs années, les romanciers Stephen King et James Herbert ont fait un pari : celui qui rencontrerait un authentique fantôme en premier aurait gagné. Un pari fou, ou comment le Royaume-Uni rencontrait les États-Unis, dans une aventure qui avait quelque chose de très littéraire. 

 

 

 

 

Eh bien c'est James qui a gagné, et qui raconte dans son dernier livre, Ash, qu'il a longuement raconté à l'occasion d'une interview sur la BBC. Ce roman, qui raconte les aventures d'un détective enquêtant sur des phénomènes paranormaux, dans un château hanté... inspiré de faits réels.

 

En effet, avec un ami, dans un hôtel, James sirotait quelques verres et avant de se mettre au lit, ledit copain a remarqué qu'une silhouette sombre passait par la porte. Herbert n'a pas lui-même vu l'apparition, mais il a continué à scruter l'endroit. Et quelque dix minutes plus tard, il a VU.

 

L'ouvrage a été publié le 30 août. 

 

Et quand on interroge James, sur le fait que l'alcool pourrait être à l'origine de cette expérience paranormale, il rétorque tout de go : « Non, je ne suis pas comme ça. Si j'ai vu quelque chose, je l'ai vu. »

 

Saint Thomas n'aurait pas dit mieux. 

 

Quant au pari avec King, il n'en a pas fait état.