James Joyce dans le domaine public en 2012, les spécialistes respirent

Clément Solym - 08.12.2011

Edition - Société - James Joyce - oeuvres - domaine public


C'est le 13 janvier prochain que les oeuvres de James Joyce passeront dans le domaine public. Une respiration pour de nombreux spécialistes qui ne retrouveront plus (ou enfin moins souvent) en travers de leur chemin l'ayant droit de l'auteur.

En effet, Stephen Joyce, qui détient les droits sur l'oeuvre de son grand-père, est connu pour être intransigeant et avoir causé pas mal d'esclandres. Il faut dire que Stephen n'a pas du tout apprécié que Philippe Sollers publie des lettres pornographiques que son grand-père avait adressées à sa femme.

 

Les incursions des commentateurs littéraires dans la vie privée de l'écrivain sont probablement ce qui énerve le plus Stephen. Ainsi depuis une vingtaine d'années, il défend l'oeuvre de son grand-père, avec peut-être un peu trop de zèle.

 


Toujours dans l'optique de protéger la vie privée de son père et du reste du cercle familial, il aurait brûlé la correspondance de Lucia (la fille atteinte de schizophrénie de James et donc tante de Stephen) avec Samuel Beckett.

 

On se souviendra aussi que la Bibliothèque nationale d'Irlande lui avait remis une partie des lettres écrites par sa famille, correspondance qu'il pourrait très bien avoir aussi détruite. C'est en tout cas ce que redoutent les spécialistes. À plus forte raison, lorsqu'interviewé par Le Point, il déclare : « j'emporterai mes secrets dans la tombe ».

Lorsqu'on lui demande ce qu'il pense des « joyciens », il décrit des « soi-disant érudits qui écrivent des sacs de bêtises ». Stephen comprendrait-il mieux l'oeuvre et l'homme que les spécialistes ? Ou peut-être cherche-t-il seulement à préserver l'image qu'il se fait d'un grand-père pour lequel il avait beaucoup d'affection et qu'il a perdu à l'âge de 80 ans ?

 

 

Retrouver James Joyce sur Comparonet