James Patterson donne encore de l'argent à des librairies indépendantes

Antoine Oury - 06.05.2015

Edition - Librairies - James Patterson - librairies - Australie Nouvelle Zélande


James Patterson est le meilleur ami du libraire : régulièrement, l'auteur de best-seller fait don d'une partie de sa fortune personnelle pour soutenir les commerces de livres indépendants dans tel ou tel pays. Après les États-Unis, et le Royaume-Uni, l'auteur de la série Alex Cross se tourne vers l'Australie et la Nouvelle-Zélande, rien que ça, avec une centaine de milliers de dollars en poche, à dsitribuer.

 


 

 

À la fin de l'année dernière, James Patterson avait dégainé une vidéo pour alerter sur le niveau de lecture en baisse aux États-Unis, et ses inquiétudes quant à la survie de l'activité. « Ce qu'il se passe dans un tiers des foyers aujourd'hui, c'est que les enfants ne lisent plus. Les parents ne vont plus en librairie, mais ils ont adopté la lecture numérique, sans en faire profiter le reste de leur famille », expliquait-il.

 

La série de dons, avec des coupures de 5000 $ qui seront attribuées à 20 établissements menant des actions en faveur de la lecture auprès des plus jeunes, n'a rien de surprenant de la part de l'auteur américain. 

 

Le montant des dons est un peu plus élevé qu'habituellement : depuis septembre 2014, Patterson abonde les librairies indépendantes britanniques avec plus de 500.000 £ de ses fonds personnels, répartis entre les établissements avec des dons de 250 £ à 5000 £. « Sans aucun doute, les librairies participent à la communauté en faisant lire les enfants. J'ai été inspiré, ému et ravi par les initiatives que les libraires américains et britanniques m'ont fait parvenir », a souligné l'auteur, impatient de découvrir les propositions australiennes et néo-zélandaises.

 

Les dons sont en effet effectués sur dossier et présentation d'un projet pour promouvoir la lecture. Les librairies jeunesse, ou dotées d'une section jeunesse, des deux pays ont à présent jusqu'au 30 juin pour faire parvenir leur dossier.

 

(via The Bookseller)