Japon : Le sanctuaire Yasukuni, symbole aussi haïssable que Voldemort

Nicolas Gary - 02.01.2014

Edition - International - Japon - Chine - relations diplomatiques


Les relations diplomatiques entre la Chine et le Japon n'en finissent plus de se détériorer, comme en témoigne la dernière intervention de l'ambassadeur de Chine en Grande-Bretagne. L'impasse est telle que Liu Xiaoming compare, dans le Daily Telegraph, le comportement militaire japonais à Celui Dont On Ne Doit Pas Prononcer Le Nom, tiré de la saga Harry Potter.

 

 

YASUKUNI shrine.

MIKI Yoshihito (´・ω・), CC BY 2.0

 

 

« Dans l'histoire d'Harry Potter, le sorcier Voldemort meurt parce que les sept horcruxes [NdR : objets issus de la magie noire], qui contiennent chacun une partie de son âme, ont été détruits. Si le militarisme est comme l'ombre planante de Voldemort, alors le sanctuaire de Yasukuni, à Tokyo, est une sorte de horcruxe, représentant les parties les plus sombres de l'âme de cette nation », affirme l'ambassadeur dans une tribune au ton particulièrement vif. 

 

La polémique est donc aussitôt relancée autour du fameux sanctuaire, dédié aux morts qui ont servi l'empereur du Japon, durant les conflits qui éclatèrent entre 1867 et 1951. On y retrouve autant des civils que des fonctionnaires, dont les âmes défuntes sont ici accueillies par des prêtres totalement indépendants du régime politique, et qui sont seuls à pouvoir accepter les postulants. Or, leur consécration est définitive, et irrévocable. Et c'est bien là que le bât blesse : on retrouve parmi les 2,46 millions d'âmes recensées près de 1068 personnes qui furent condamnées pour crime de guerre, après 1945. 

 

Cet état de fait a pour conséquence de susciter les critiques de la part des différentes nations asiatiques, comme la Chine, la Corée ou Taïwan - et le gouvernement japonais n'est pas épargné par ces attaques. (voir Wikipedia sur les Controverses autour du sanctuaire Yasukuni)

 

 

"C'est un choix entre l'agression et la non-agression, entre le Bien et le Mal, entre la lumière et l'obscurité."

 

 

La réaction du diplomate chinois intervient après que le ministre japonais des Affaires intérieures et de la communication, Yoshitaka Shindo, s'est rendu à Yasukini, peu après une autre visite officielle, celle du premier ministre, Shinzo Abe. Certes, pour célébrer la nouvelle année, des milliers de Japonais s'étaient massés devant l'établissement shintoïste, pour prier et présenter leurs voeux. Le premier ministre avait assuré que son déplacement était strictement pacifique, mais depuis 2006, aucun chef de gouvernement n'avait osé se rendre sur place.

 

Un acte de provocation, estime même la Maison Blanche, pour qui la visite du premier ministre allait « exacerber les tensions », rapporte l'AFP. Pékin et Séoul avaient rapidement réagi, pour condamner cette présence, au cours d'une cérémonie que la télévision japonaise a pris soin de retransmettre...

 

« Les visites au sanctuaire par des dirigeants japonais, ne sont pas de simples affaires internes au Japon, ni une affaire personnelle pour tout fonctionnaire du pays. Pas plus que cela ne concerne que les relations entre la Chine et le Japon ou la Corée et le Japon. Au fond, rendre ce type d'hommage interroge la confiance que l'on peut accorder au Japon. Cela soulève de sérieuses questions sur les attitudes du Japon et sa tradition militariste, son agressivité et la domination coloniale », appuie l'ambassadeur dans sa tribune.

 

Et, très manichéen, de poursuivre : « C'est un choix entre l'agression et la non-agression, entre le Bien et le Mal, entre la lumière et l'obscurité. » Rien de moins. Depuis sa prise de fonction, en 2012, le premier ministre avait évoqué avec enthousiasme ses idéaux de justice, de démocratie, de paix et de dialogue, rappelle enfin le diplomate, pour qui la réalité est désormais tout autre, si l'on se fie aux actes. « Il existe toujours des gens incorrigibles, au Japon, qui n'ont montré aucun signe de remords pour les crimes de guerre. Au lieu de cela, ils cherchent à réinterpréter l'histoire. Ces personnes constituent une grave menace pour la paix mondiale. »

 

Solution ? Faire appel à Harry Potter pour calmer les deux parties ?