Japon : les bibliothèques autorisées à envoyer des ebooks directement aux usagers ?

Antoine Oury - 17.11.2020

Edition - Bibliothèques - japon ebooks - japon livres numeriques - japon bibliotheques


Au Japon, l'agence pour les Affaires culturelles a jeté un véritable pavé dans la mare, un pavé numérique, pour être précis. L'administration propose une révision des lois sur le droit d'auteur, pour permettre aux bibliothèques d'envoyer une partie ou l'intégralité d'une œuvre au format numérique à un usager, accessible sur les smartphones et ordinateurs, et qu'il serait même possible d'imprimer.

Electronic book.


Des sueurs froides pour l'édition japonaise : l'agence pour les Affaires culturelles proposerait, dans un rapport, de réviser le droit d'auteur pour introduire de nouvelles exceptions en faveur des bibliothèques. Les recommandations de l'administration, selon le quotidien Asahi Shimbun, porteraient notamment sur le prêt d'ouvrages numériques aux usagers.

Les propositions de l'agence autoriseraient les bibliothèques à envoyer aux usagers, sur leur smartphone ou ordinateur, des exemplaires numériques d'ouvrages disponibles dans leurs collections, sans l'autorisation des éditeurs et des ayants droit. L'intégralité du livre pourrait être transmise, ou même faxée, et l'usager aurait la possibilité de l'imprimer par ses propres moyens. 

Les livres indisponibles seraient aussi concernés, avec la possibilité, pour la Bibliothèque nationale de la Diète, d'envoyer des versions numériques intégrales. Pour l'instant, 1,5 million d'œuvres indisponibles ont été numérisées, mais ne sont accessibles qu'à l'intérieur des murs de l'établissement patrimonial, situé dans le district de Nagata, à Tokyo.

La Diète du Japon, le Parlement, pourrait examiner les propositions de l'agence dès le début de l'année prochaine : la pandémie du coronavirus aurait considérablement accéléré les recherches et les propositions en la matière, pour garantir un accès aux documents.
 

L'édition inquiète


Au sein de ses recommandations, l'agence mentionne un mécanisme de compensation pour les éditeurs, mais les professionnels se montrent pour la plupart très inquiets. « À une époque où nous nous sommes davantage concentrés sur les livres numériques, permettre aux bibliothèques de transmettre de telles données exercerait une pression énorme sur le secteur privé. Il y aurait aussi plus de crainte d'une diffusion de versions pirates des livres », indique un éditeur au quotidien.

Le président d'une autre maison d'édition tempère toutefois les inquiétudes, assurant que l'autorisation pour communiquer un extrait « pourrait tout à fait déboucher sur l'achat d'une œuvre ».
 
Les conditions de la communication au public restent assez floues, et pas vraiment précisées par l'article de l'Asahi Shimbun. Rappelons que le prêt numérique contrôlé, une pratique défendue par certains bibliothécaires et notamment pratiquée par la plateforme Internet Archive, s'appuyait aussi sur la communication au public d'œuvres sous droit, numérisées par les bibliothèques, sous certaines conditions. La suite est connue : de grands groupes d'édition ont intenté un procès à Internet Archive...

Yoshio Yanagi, professeur en bibliothéconomie à l'université de Tokyo, souligne à ce titre que les compensations versées aux éditeurs et auteurs, si les recommandations sont adoptées, devraient être « très élevées »...


Photographie : illustration, MIKI Yoshihito, CC BY 2.0


Commentaires
Ne rien changer surtout... Agir sur la peur pour contrôler... Ça ne vous rappelle rien ?
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.