Je lis dans ma commune : La librairie du web, vilain favori

Nicolas Gary - 10.05.2014

Edition - Librairies - Belgique - Je lis dans ma commune - chèques lire


Fin avril, ActuaLitté publiait un article relatif à l'opération Je lis dans ma commune, opération proposant, notamment, d'offrir des chèques lire à travers la Belgique. Cette année, les organisateurs et le Syndicat de libraires francophones de Belgique n'étaient manifestement pas parvenus à s'entendre et le SLFB avait pris position.

 

 

20131223 Atomium au crépuscule, Bruxelles

Koen Brouwer, CC BY NC ND 2.0sur Flickr

 

 

Contacté ce jour par le Syndicat, qui considère notre article « trop univoque », ce dernier a souhaité bénéficier d'un droit de réponse, en cinq points, que nous reproduisons dans son intégralité. Nous en profitons également pour publier le communiqué qui fait suite à la réunion du conseil d'administration du SLFB du 22 avril, et qui présente les doléances du Syndicat.

 

1.       Le SLFB a appris que l'asbl TEXTO cette année au contraire d'une pratique antérieure bien établie avait choisi pour l'opération « Je lis dans ma commune » de favoriser un libraire (en ligne) au détriment de tous les autres : la librairie du web.

2.       Ensuite de quoi des accommodements ont a été recherchés par les parties sous l'égide des pouvoirs publics qui subsidient l'opération.

3.       TEXTO affirme que le SLFB a dénoncé un accord.  Ce n'est pas exact : un protocole avait certes été négocié, mais sous réserve d'être avalisé par le CA du SLFB.  Celui-ci s'est rapidement réuni, a rejeté le protocole, et en a informé sans tarder les autres parties (communiqué ci-joint).

4.       Le CA a pris sa décision parce que  les chèques proposés n'auraient été remboursés qu'au terme d'une procédure hasardeuse et surtout très longue : au minimum dix mois.

5.       Le désaccord a pris un tour plus conflictuel parce que le SLFB a conseillé aux libraires de ne pas accepter les chèques de l'opération cette année, d'en informer pour éviter leur déconvenue bien compréhensible les bénéficiaires, et parce qu'il a dénoncé un conflit d'intérêts, l'asbl TEXTO et la librairie du web ayant la même adresse et le même administrateur délégué.  

 

 

Voici la communication diffusée suite à la réunion du SLFB du 22 avril 2014 :  

 

Il a décidé de rejeter la note de pré-accord proposé par l'asbl Texto et de ne pas s'engager dans un accord-cadre avec celle-ci. En conséquence, il ne proposera pas aux librairies labellisées d'accepter les chèques-livres émis par la SPRL « La librairie du web ».

Ce rejet est dû au manque de confiance entre les parties. 

Le fait que les chèques aient été émis par une SPRL  ne garantit en rien leur remboursement aux libraires. Nous n'avons aucune garantie sur la fiabilité des chèques ni d'ailleurs sur leur nombre exact. Le système de remboursement proposé par Texto est compliqué et incertain. Les délais de remboursement sont trop longs et celui-ci est conditionné par l'obtention de subsides dont le SLFB ignore les conditions d'octroi.

Le SLFB déplore la mauvaise organisation de l'asbl Texto quant à la distribution des chèques-livres. Une société émettrice tierce et non liée commercialement aurait dû être choisie.

La seule solution acceptable pour le SLFB serait le retrait des chèques émis par La librairie du web et le remplacement de ceux-ci par des chèques émis par Sodexo ou par une société offrant le même type de service.

Le SLFB regrette cet état de fait pour les participants à « je lis dans ma commune  2014 » et est prêt à rechercher une solution pour l'opération 2015 qui aura été convenue à priori dans l'intérêt des lecteurs et la nécessaire sécurité des libraires. 

Le SLFB remercie le cabinet de la Ministre Laanan pour son engagement dans la recherche d'une solution.