Jean-Christophe Rufin : “Le livre de poche, c'est une seconde vie offerte”

Nicolas Gary - 12.10.2019

Edition - Société - Jean Christophe Rufin - livre poche - seconde vie livre


Parrain de l’édition 2019 de Lire en Poche, Jean-Christophe Rufin se dit grand consommateur et collectionneur de ces petits formats. Son dernier livre paru chez Folio, Le suspendu de Conakry – histoire d’un assassinat qui serait resté impuni… et d’une vengeance qui s’accomplira finalement – aura trouvé un autre public et de nouveaux lecteurs, estime-t-il, grâce à lui.
 
Jean-Christophe Rufin
ActuaLitté, CC BY SA 2.0


Au micro de ActuaLitté, le parrain de la manifestation raconte sa relation avec le livre de poche, si spécifique, si précieux, car « il donne une seconde vie au livre ». Et donc à l’auteur, une chance de trouver un autre lectorat, qui n’aurait pas les moyens de s’offrir le grand format. 

C’est aussi un outil de résistance, quand les grands formats ne restent que quelques semaines sur les tables des librairies. « Le livre de poche va donner une pérennité, et parfois même une très grande longévité, parce que, peut-être qu’un jour, ces livres deviendront des classiques… »

Amateur, il savoure d’autant plus la collection de son éditeur : « J’avais deux propositions pour mon premier livre, L’Abyssin, et j’ai arbitré parce que j’aimais la collection de poches de Gallimard — Folio. C’était très important de savoir que le livre serait publié chez Gallimard, en grand format, mais qu’après il serait en Folio. Depuis des années, j’en avais acheté beaucoup. Pratiquement toute ma bibliothèque en était composée. C’était presque un rêve qui se réalisait. » 


Dossier : Lire en poche à Gradignan cultive la liberté


Commentaires
Personnellement, j'ai un rapport très différent aux grands formats et aux poches.

Les grands formats sont beaux dans ma bibliothèque, ce sont des objets d'art pour certains, des couvertures soignées, des beaux papiers, des cadeaux idéaux - mais chers et encombrants.

Les poches sont plus abordables, et beaucoup plus faciles à transpporter. J'en ai toujours un avec moi dans mon sac, car je prends le train tous les jours et j'en profite aussi pour lire pendant ma pause-déjeuner au travail. Le soir dans mon lit, je préfère aussi les poches : beaucoup plus simples à enfouir sous la couette avec moi, près de ma lampe de chevet !

Bref, je trouve que les deux formats ont chacun une vie et un lectorat propre, et je déplore que certains titres parus en grand format ne connaissent jamais l'édition poche. Comme dit M. Rufin, que j'apprécie beaucoup, c'est se priver de lecteurs qui auraient plus les moyens et l'envie d'aller vers un poche que vers un grand format... Surtout quand on voit que certaines éditions vont jusqu'à 24 euros. Si on n'apprécie pas le livre, c'est 24 euros de "perdus". A mon sens, l'édition poche autorise beaucoup plus la prise de risque !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.